Leffe demande à la microbrasserie bretonne Leff, de changer de nom

bouteilles-biere-probleme-nom-leffe-leff

Le leader mondial de la bière AB InBev, qui détient la marque Leffe – ainsi que Stella Artois, Corona ou Budweiser – a récemment envoyé une demande écrite à une microbrasserie bretonne. Loin de lui proposer une collaboration, ce courrier demande à ce producteur artisanal de… changer de nom ! Et pour cause : la similarité entre les deux marques, Leffe ou Lef, peut créer « la confusion chez les consommateurs », selon le groupe belgo-brésilien.

 

Leffe VS Leff : une demande jugée « rocambolesque »

D’un côté, nous avons le géant de la bière AB InBev. Rappelons que ce dernier détient 500 marques, revendique 2 milliards de consommateurs dans le monde, réalise un chiffre d’affaires de 35,4 milliards d’euros et pare son nom d’un « e ». De l’autre, nous avons une microbrasserie artisanale, située à Lanleff, dans les Côtes-d’Armor, en Bretagne. Son nom ne prend pas de « e », en lien avec le nom de la rivière située à proximité. « J’utilise l’eau du Leff pour faire de la bière », explique le brasseur de 64 ans Philippe Le Saux à l’AFP ; pour « des copains » et « des gens du coin ». Celui-ci vise une production de1500 bouteilles par mois et il a déposé sa marque à l’Institut national de la propriété industrielle (Inpi) l’été dernier. Deux profils bien distincts que tout oppose… sauf le nom.

Podcast


Le numéro un de la bière estime que le nom Leff peut prêter à confusion et « induire en erreur » les consommateurs. Il explique dans un communiqué : « Le nom Leff pour une bière ressemble fort à notre marque protégée Leffe pour des bières également ». Et ce, au niveau de l’orthographe mais aussi de la prononciation. C’est pourquoi, le groupe AB InBev a adressé, il y a quelques semaines déjà, une demande à la microbrasserie : celle de changer de nom. Il espère ainsi qu’une « solution sera trouvée et attend l’évaluation de l’administration française chargée des marques déposées ».

De son côté, Philippe Le Saux qualifie cette demande de « rocambolesque ». Lui qui n’a pas les moyens de mener une action en justice contre AB InBev, lance un appel à l’aide pour se défendre : « Devant un trust comme ça, on ne peut pas lutter. C’est la région Bretagne qui doit me défendre. »

Affaire à suivre…

bouteilles-biere-probleme-nom-leffe-leff
Crédit Photo : Canva
Tag :

emoji-email Ne manquez aucune actualité, abonnez-vous !

Chaque semaine, le meilleur de la communication et du digital directement dans votre inbox...