Fact-checking, info ou intox ? la police de Facebook

Vendredi 3 mars a été lancé Fact-Checking, l’outil Facebook pour lutter contre les fausses informations, en collaboration avec 8 médias français.

Facebook avait été accusé d’avoir contribué à l’élection de Donald Trump en laissant circuler de fausses informations à son égard. L’Allemagne avait ainsi menacé le réseau social de sanctions s’il ne prenait pas de mesures contre les fausses informations et les discours haineux.

En réponse à cela, Facebook a lancé fact-checking la possibilité pour les internautes en cliquant sur le coin droit d’une publication, d’avertir le réseau social lorsqu’une publication semble douteuse. Une fois cela effectué et selon la quantité d’alertes, huit organes de presse (L’AFP, France Médias Monde, France Télévision, BFMTV, Le Monde, Libération, 20 Minutes et L’Express) vérifient la véracité de l’information. Si l’information est démentie par deux médias, le signalement en image ci-dessous sera indiqué sous la publication.

Le signalement n’entraînera pas la suppression du post, mais sa visibilité sera réduite par le réseau social.

Cet outil arrive alors que la campagne présidentielle française bat son plein, de quoi inquiéter les candidats qui auraient voulu tricher avec leur communication. A ce sujet, n’hésitez pas à consulter notre dossier spécial élection 2017.

Vous aimerez aussi...

Pour contrer Snapchat, Instagram lance Threads, une application de messagerie

Instagram lance Threads, une nouvelle application de messagerie basée sur l'appareil photo pour permettre aux utilisateurs de la plateforme de rester connectés avec leurs amis les plus proches.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos partenaires dans la com’ :


“bandeau-partenaires”