L’UNESCO milite pour un monde plus « normal »