Accro à votre smartphone : et si vous étiez atteint de nomophobie ?

En collaboration avec DooH It
doohit-campagne-jupdlc

Les téléphones portables prennent de plus en plus de place dans notre vie et pas seulement dans notre poche. On parle souvent de nomophobie. Il faut dire que ces appareils sont vite devenus indispensables dans notre quotidien. Et ce, pour échanger, rester « connecté », se repérer, écouter de la musique, prendre des photos, jouer, se renseigner (72% des usages internet se font via Smartphone), essayer virtuellement des articles ou même acheter. En effet, selon l’enquête de Foresignt Factory et Snapchat, 1 personne sur 4 choisit le téléphone comme canal préféré pour faire des achats. De nouvelles habitudes de vie et de consommation qui n’échappent pas aux marques. Ces dernières comptent d’ailleurs miser sur le mobile pour faire revenir les clients en magasin.

  

Rien de pire qu’un téléphone qui s’éteint

Aussi appelé la « nouvelle phobie contemporaine », le coup de la panne de batterie ne fait plus rire.  C’est très désagréable d’être coupé en pleine conversation, de ne pas pouvoir répondre à un message, d’être privé de GPS ou de divertissement quand on est coincé quelque part. 

Selon un sondage Opinion Way pour Oppo, le fabricant chinois de téléphone ; l’Ile-de-France est plus touchée par cette phobie que les autres régions. Pour citer quelques chiffres :

  • 38% des franciliens considèrent une batterie de smartphone vide comme un sujet de stress.
  • 43% d’entre eux craignent de rater un sms (contre 37% dans le Sud-Est par exemple).
  • 31% des franciliens ont peur de se perdre sans GPS par manque de batterie. Alors qu’ils ne sont que 13% dans le Nord-Ouest.
  • Les usages de batterie sont aussi plus « voraces » dans cette région avec les partages de connexion (19%), le visionnage de série (17%) et les appels vidéo (10%).
  • L’Ile-de-France détient également le record de la panne de batterie : 2 fois plus que sur le reste du territoire.

 

De façon générale, de peur ou de stress, les Français sont nombreux à être préoccupés à ce sujet (1 personne sur 3 pour être précise). Une crainte que l’on retrouve en particulier chez les jeunes. En effet, toujours selon le sondage Opinion Way ; 64% des 18-24 ans sont anxieux à cette idée. Au sein de ce même groupe, 42% d’entre eux préfèrent être en retard plutôt que prendre le risque de partir avec une batterie faible. La situation les pousse même à trouver des solutions ingénieuses. Si 23% de ce jeune public est prêt à « poireauter » chez quelqu’un pour brancher son téléphone ou profiter de se trouver dans un bar pour le faire (19%), d’autres profitent sûrement de leur trajet en VTC. En effet, 80% de ces moyens de transport achètent régulièrement des câbles de rechargement pour les mettre à disposition des voyageurs.

 

Digicab : le média publicitaire au service des annonceurs et des clients

70% des utilisateurs de Smartphones rencontrent des problèmes de batterie au cours de la journée. Conscient de ce phénomène, DooH It n’est pas en reste. Avec sa solution Digicab, le média indoor permet de répondre au besoin des voyageurs en fournissant un service de rechargement pour assurer une expérience élevée et capter l’attention des voyageurs face à l’écran publicitaire pour assurer une expérience élevée. Les entreprises de Taxis et VTC peuvent ainsi s’équiper pour en finir avec les câbles de rechargement tout en boostant la satisfaction de leurs passagers. 

publicité


Ainsi, avec cette solution, tout le monde est gagnant. Les annonceurs délivrent leurs messages de façon ciblée et stratégique, sur un média tactique, et leur audience profite sereinement de la publicité tout en rechargeant leur téléphone. Quant aux VTC, le Digicab leur assure une source de rémunération complémentaire, avec la diffusion de spots digitaux sponsorisés et aucun frais d’entretien.

DooH it capitalise sur le phénomène de nomophobie et de sur-consommation des smartphone pour d’un côté rendre service au passager ( rechargement) et d’un autre côté, diffuser du contenu publicitaire contextualisé.

Dans le VTC, le passager est plus à même d’accepter la pub lorsqu’on lui rend service et quand on propose un contenu adapté. En ce sens, le digicab s’approprie les codes du digital et utilise le support le plus plébiscité, le smartphone, pour attirer et capter l’attention via des stratégies de Drive to store, Drive to app, QR code .

 

Retour sur l’opération Drive-to-app avec Betclic

L’objectif de cette opération était d’augmenter le nombre de téléchargement de l’application. L’avantage du Digicab dans cette opération relève de la proximité avec la cible des 18/35 ans. Pour aider et appuyer avec un call-to-action clair, l’audience était invitée à télécharger l’application de paris en ligne et recevait 150 euros de crédit à miser.

Le dispositif s’est étendu sur 14 jours dans pas moins de 115 écrans à bord des VTC partenaires Digicab.

Le bilan ? plus de 12 650 exposées au message de la marque Betclic et 23% de taux d’attention sur ces écrans.

En dehors de ces avantages, rappelons que la solution DooH It fait de l’attente une opportunité publicitaire (« wait marketing ») et permet aux entreprises de se différencier dans notre contexte de sur-communication.

Pour plus d’informations sur le Digicab et son potentiel, retrouvez l’intégralité de notre Webinar DooH It X J’ai un pote dans la com’ – « Les enjeux de communication des marques dans un monde post-crise » en replay, sur Youtube.

Tag :

emoji-email Ne manquez aucune actualité, abonnez-vous !

Chaque semaine, le meilleur de la communication et du digital directement dans votre inbox...