Les enjeux écologiques et la communication

Les enjeux écologiques et la communication

Photo par Christian Joudrey
Article sponsorisé 

 

Plus que jamais, les métiers de la communication et de la publicité sont confrontés aux problématiques environnementales. Maîtriser l’influence sociétale des messages transmis, limiter l’impact des supports utilisés, répondre au besoin de transparence et d’éthique, tous ces sujets sont au cœur des réflexions. Du côté des marques mais également de celui des agences.

Au delà des enjeux écologiques, l’industrie de la communication doit se réinventer pour être en congruence avec les attentes des consommateurs : diversité, respect de la dignité humaine, inclusivité, droit des animaux.

La RSE au cœur de la communication ?

Plus qu’un effet de mode, la démarche RSE doit véritablement s’inscrire dans les stratégies de communication des marques. Qu’elle soit issue d’une réelle volonté ou d’un passage obligé. Ce secteur doit s’adapter à ces problématiques en transformant les mentalités tout en poussant à l’engagement.

Pour aider les organisations à trouver le juste équilibre entre la croissance économique, le respect de l’environnement et l’équité sociale, la logique RSE est devenue indispensable.

En ce sens, les écoles de communication ont un rôle majeur dans la prise de conscience des jeunes communicants et dans leur manière d’appréhender la communication de demain, une communication qui se veut responsable. Ainsi, nombreuses sont celles qui, à l’instar d’Audencia SciencesCom, s’emparent du sujet avec pragmatisme et sincérité pour l’intégrer à leur programme pédagogique.

 

 

Cette dernière, basée à Nantes, a notamment organisé son séminaire de rentrée des étudiants de 3ème année (Bac+5) autour du thème de la responsabilité. Pierre Cannet, le directeur par intérim des programmes du WWF France, a ouvert le séminaire sur une conférence sur les enjeux planétaires et l’importance de la communication sur ces sujets. L’objectif de ce séminaire ? Faire réfléchir les étudiants, futurs professionnels de la communication, sur la question : « En tant qu’étudiant(e) en communication, comment apporter sa contribution pour relever les défis environnementaux ? ». Une vaste interrogation qui peut être abordée sous de multiples initiatives : campus zéro déchet, good truck, inventer un profil dystopique sur les réseaux sociaux…

Par ailleurs, de plus en plus d’acteurs de l’industrie créative commencent à se mobiliser. Annonceurs, association, écoles, mais également instances de régulation (ARPP, IAB, etc.) ; c’est le secteur tout entier qui doit agir et travailler à la bonne intégration des fondamentaux de la démarche RSE.

Afin de mieux comprendre cette problématique et ses sujets inhérents, plusieurs outils sont mis à disposition. Entre autres, le guide des recommandations pour la communication publicitaire digitale par l’ARPP, ou encore le guide de la RSE pour les agences-conseils en communication  édité par l’AACC.

Malheureusement, certaines marques peu scrupuleuses capitalisent sur cette tendance pour asseoir leur message de marque de manière aliénante. Ainsi naît le greenwashing…

 

Le Greenwashing

Ce terme que l’on ne traduira pas, laisse deviner ce qui se cache derrière. En jouant sur la psychologie, la naïveté et la fascination de consommateurs pour les mots, des marques se donnent une image d’entreprises vertueuses, écologiques et engagées alors que…

Le meilleurs cas d’école demeure celui du groupe Monsanto avec sa marque Round Up qui prône un désherbant « biodégradable »… Evidemment !

 

Le rôle des instances de régulation et des écoles

Bien que les agences et annonceurs soient, pour la plupart, sensibilisés, l’ARPP (Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité) a un rôle prépondérant dans le contrôle de la publicité. Elle intervient en phase « finale » de la chaîne. Et c’est en cela que nous pensons que les écoles ont également un rôle à jouer. Faire évoluer les programmes et inclure les jeunes générations dans ces réflexions. Suite à l’initiative d’Audencia SciencesCom, Claire Burlat – responsable pédagogique dit : « Etre impressionnée par l’envie des étudiants de s’approprier des problématiques qui les dépassent et de proposer des actions, non pas dans 6 mois ou un an, lorsqu’ils seront en poste mais maintenant, et avec nous. Je crois fermement dans l’éducation supérieure comme espace d’innovation de pratiques porteuses de sens. »

 

Pour en savoir plus sur ses formations, Audencia SciencesCom vous donne rendez-vous lors de ses prochaines portes ouvertes et réunions d’informations.

Vous aimerez aussi...

Comment définir son TJM de Directeur Artistique ?

Photo by Kerde Severin Avec Freebe Savoir comment fixer ses tarifs, c’est souvent LA grande …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos partenaires dans la com’ :


“bandeau-partenaires”