5 règles pour que la réputation contribue à la valeur d’une entreprise

5 règles pour que la réputation contribue à la valeur d’une entreprise

« The State of Reputation in 2020: Everything Matters Now » fournit des recommandations aux entreprises pour renforcer leur réputation et maximiser in fine leur valeur. Les 5 règles d’or ci-dessous se basent sur leurs insights et constituent un socle de bonnes pratiques visant à faire de la réputation le principal levier business des organisations.
1. Les 23 facteurs de la réputation sont – tous – des priorités absolues.
Pour chaque facteur évalué, les « 76% » donnent un score supérieur d’au moins 10% à la moyenne des interrogés, démontrant que ce segment a conscience de leur importance vitale et qu’il ne néglige ou ne privilégie aucun facteur en particulier.
2. La mesure de la réputation est fondamentale.
Les « 76% » sont ceux qui déclarent le plus que leur PDG ou direction générale mesurent ou surveillent la réputation de leur entreprise (83% contre 71%). Ce groupe reconnaît la valeur de la réputation et veille à la préserver en l’évaluant régulièrement.
3. Le marketing et la communication : les leviers les plus critiques.
L’étude montre que les « 76% » survalorisent le marketing et la communication par rapport aux autres interrogés,  confirmant le rôle critique que ces services jouent dans la réputation d’une marque. Une tendance qui se confirme sur plusieurs items : la communication auprès du public et des collaborateurs (67% contre 57%), auprès des réseaux sociaux (63% contre 53%) et la présence des dirigeants sur les réseaux sociaux (61% contre 51%).
4. La réputation intéresse toutes les parties prenantes.
Les « 76% » constatent, plus que les autres, que leur direction a mentionné la réputation de leur entreprise auprès des salariés l’an dernier (83% contre 69%). De la même façon, ceux qui travaillent pour des sociétés cotées ont davantage tendance à dire que le sujet est abordé lors des communications financières (74% contre 57%). La réputation est désormais un élément stratégique quel que soit le public, interne comme externe.
5. A défaut d’être disponibles, les dirigeants se doivent d’être visibles.
Si la majorité des cadres pense qu’il est important que les PDG soient accessibles pour contribuer à la réputation de l’entreprise, les « 76% » considèrent que la visibilité a une plus grande valeur encore. Le PDG devrait selon eux être présent sur les réseaux sociaux (67% contre 59%), être actif auprès de la communauté locale (74% contre 68%), gagner des récompenses ou être présent dans les classements des meilleurs dirigeants (70% contre 64%). La visibilité du ou des dirigeants est la clé de voûte de la réputation et de la performance d’une entreprise ; elle devrait faire partie intégrante de tout programme réputationnel.
L’étude conduite par Weber Shandwick mesure le poids de la réputation dans la valeur des entreprises et fait apparaître 23 critères à surveiller, tous d’égale importance.
Cliquez ici  pour lire le rapport complet

Vous aimerez aussi...

femmes-masques-vote-rouge

Le nom du TIME se métamorphose en VOTE à l’approche des élections

Pour la première fois depuis un siècle, le Time Magazine remplace son nom en couverture par le mot "Vote" à l'approche des élections.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos partenaires dans la com’ :


“bandeau-partenaires”