Une opération de newsjacking créative pour sensibiliser à la préservation de la vie marine

L’association Planète Mer s’empare du bug Facebook du 3 juillet pour sensibiliser l’opinion publique à la préservation de la vie marine

Le 3 juillet, les photos n’étaient plus disponibles sur Facebook, Instagram et WhatsApp, seule une description d’image générée automatiquement était visible pour les utilisateurs. Après avoir suscité un grand volume de conversations sur les réseaux sociaux, aujourd’hui, plus personne n’en parle. Planète Mer tient cependant à rappeler que tous les bugs ne sont pas réparables…

L’association a réalisé une campagne Facebook en faveur de la biodiversité marine, en détournant les descriptions automatiques des photos, visibles pendant le bug. Accompagnés du message : “le bug Facebook de la semaine dernière est réparé, plus personne n’en parle. Pourtant d’autres bugs sont irréparables et leurs conséquences dureront à jamais”, les visuels reprennent le message du bug, en citant des espèces marines en voie de disparition ou disparues.

 

Aujourd’hui :

– 75 % du milieu terrestre est « sévèrement altéré » par les activités humaines et 66 % du milieu marin ;
– Près de 33 % des récifs coralliens, des requins et des espèces proches, et plus de 33 % des mammifères marins sont menacés d’extinction ;
– Près de 50 % de la couverture des récifs coralliens a disparu depuis les années 1870 (rapport IPBES 2019).

Et pourtant, grâce à des mesures de gestion :

– Les effectifs de la population du mérou brun de Port-Cros ont été multipliés par 8,5 entre 1993 et 2011 suite à la création du Parc national de Port-Cros en 1963 (Harmelin, 2013) ;
– Même s’il reste beaucoup à faire, 48% des volumes pêchés en France sont issus de stocks de poissons exploités durablement (Ifremer, 2019). On est passé, en 15 ans, de trois quarts des stocks surexploités, à un quart aujourd’hui.

 

« C’est parce-que nous sommes dépendants et solidaires du monde vivant dans toute sa diversité et conscients de l’incroyable pouvoir qui est le nôtre de détruire mais aussi de construire et de protéger, que nous avons créé Planète Mer. Protéger la vie. Protéger les vies. Ce sont autant de projets magnifiques à mettre en œuvre dans le monde entier. Il n’y a aucune place au pessimisme, bien au contraire ! Il faut imaginer le monde de demain et le bâtir sur une nouvelle relation à la vie sous toutes ses formes. C’est un formidable enjeu de générations, pour celles d’aujourd’hui et de demain, a fortiori dans un pays comme la France qui possède le 2ème domaine maritime mondial. En prenant part aux sujets diffusés sur les réseaux sociaux, nous souhaitons interpeller davantage les gens et les informer sur la préservation de la vie marine. » Laurent Debas – Directeur et co-fondateur de l’association Planète Mer

Vous aimerez aussi...

Cette nouvelle publicité Sarenza est une ode à la femme extravertie !

La célèbre marque prend la parole dès le 12 septembre avec une nouvelle campagne digitale : Une campagne qui marque l’arrivée du textile chez SARENZA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos partenaires dans la com’ :


“bandeau-partenaires”