Les entreprises peuvent désormais voir la pollution liée à leur streaming

streaming-ecologie
Photo by Kelly Sikkema

Savez-vous que la vidéo en ligne génère 60% des flux de données mondiaux et plus de 300 millions de tonnes de CO2 par an ?
Faut-il pour autant renoncer aux multiples opportunités apportées par le numérique ? Pas du tout !
Streamlike, la plateforme média française 100% dédiée aux entreprises, ouvre la voie au Streaming Responsable. Elle mène ainsi des actions de sensibilisation pour faire prendre conscience de la réalité du coût environnemental du streaming et forme ses clients à l’adoption de bonnes pratiques d’éco-conception et de sobriété numérique.

publicité


Annonce par JPC Network


Par cette démarche totalement inédite, Streamlike vise trois objectifs :
– Mesurer les émissions de gaz à effet de serre (GES) liées à l’activité de ses clients,
– Proposer des solutions de réduction de ces émissions,
– Contribuer à la création de puits de carbone par du reboisement.

Face à la réalité de l’impact environnemental du streaming, chaque entreprise a les moyens d’agir

Savez-vous que la vidéo en ligne génère 60% des flux de données mondiaux et plus de 300 millions de tonnes de CO2 par an ?
Si les bénéfices de la vidéo en ligne sont évidents (gain de temps, attractivité du support, dématérialisation réduisant les déchets…), la consommation électrique et l’émission de gaz à effets de serre augmentent en même temps que la demande de stockage et de diffusion des données.
Mais pour permettre à chaque entreprise d’agir à son échelle pour changer la donne, encore faut-il lui donner les moyens de mesurer son propre impact environnemental. Hervé Nougier, le fondateur de Streamlike, souligne : « Nos clients profitent déjà, sur notre plateforme, de mesures d’audience ou de stockage. Alors pour les sensibiliser aux enjeux environnementaux, nous avons intégré un outil supplémentaire : la mesure des GES. »
Streamlike a donc consulté les experts du domaine et mis au point une méthodologie inédite en collaboration avec Maxime Efoui- Hess, dont l’expertise sur les questions numériques est notamment issue de son implication dans les travaux du Shift Project.
Plusieurs critères sont notamment pris en compte : la part de la plateforme, la part du CDN (« Content Delivery Network »), la part du réseau et la part des terminaux.
Chaque entreprise a ainsi accès à son bilan carbone individuel, qu’elle va ensuite pouvoir compenser en mettant en place les actions appropriées.
Pour en savoir plus : Mesure des émissions de GES liées au streaming
ecologie-streaming-co2

Tag :

emoji-email Ne manquez aucune actualité, abonnez-vous !

Chaque semaine, le meilleur de la communication et du digital directement dans votre inbox...