La place des femmes dans le digital en 2021

En collaboration avec Digital College
digital-college-femmes-tech-etude-jupdlc

Selon le collectif [email protected]érique, les femmes représentent 23% des effectifs dans les métiers du digital. Alors que la parité devient un enjeu important pour de nombreux acteurs, les femmes sont encore peu présentes dans les métiers du digital. Décryptage de l’évolution des femmes dans le digital.

 

Un problème de stéréotypes…

Les métiers du digital, du numérique ou au sens plus large les métiers scientifiques quand ils n’ont pas trait aux animaux, sont dans l’esprit collectif, réservés aux hommes. Les femmes sont aujourd’hui sous-représentées dans les métiers du digital. Trop rares sont celles qui tirent leur épingle du jeu tandis que les postes de codeur ou de programmeur ne demandent qu’à être pourvus. Pour rappel, dans les années 70, on ne comptait pas moins de 30 à 40% de femmes dans les métiers des nouvelles technologies, et pourtant le contexte social était moins propice aux carrières féminines…Dès les années 90, le taux chute pour n’atteindre que 15% de femmes exerçant des métiers d’ingénieurs ou liés aux technologies. À ce jour, seuls 11% des postes de la cyber-sécurité sont occupés par des femmes et seulement 27% des codeurs sont des codeuses. Dans les hautes fonctions, les DSI des grandes entreprises françaises ne regroupent que 20% de femmes. D’après une étude réalisée par OpinionWayen 2019, 36% des filles entre 7 à 10 ans estiment qu’informaticien est un métier pour les garçons.

Les succès féminins sont également méconnus du grand public. Tout le monde est capable de lier Steve Jobs, Jeff Bezos ou Bill Gates à leurs entreprises respectives, mais combien le peuvent avec les femmes ? Trop peu. Nous pouvons citer Céline Lazorthes, passionnée d’Internet et ingénieur en informatique, qui a créé la plateforme Leetchi en 2009 alors qu’elle n’a que 27 ans. Six ans plus tard, elle en cède 86% au Crédit Mutuel pour la somme de 50 millions d’euros.

publicité


 

… ou un problème sexiste ?

Les hommes se sont emparés de ce domaine d’activité, laissant trop peu de place aux femmes. Le sexisme subit lors des cursus scolaires en informatique et des entretiens d’embauche serait l’une des causes principales de cette pénurie de femmes. Selon une étude menée par SocialBuilder, 42% des femmes ont déjà reçu des remarques sexistes à propos de leurs compétences dans le digital.

Pourtant, le secteur du numérique recrute ! Selon la Commission européenne, 756 000 postes dans le numérique sont ouverts en Europe. En France, on estime que 170 000 à 212 000 postes seront à pourvoir dans le secteur à l’horizon 2022. De plus, en 2017, les dirigeantes en France n’ont levé que 1 500 000 euros contre 3 200 000 euros pour les entreprises menées par des hommes.

Et pour cause, les femmes continuent de se sous-estimer en ce qui concernent leurs ambitions, notamment salariales : « Chaque année, nous menons une enquête auprès de l’ensemble de nos étudiants. Et chaque année, les résultats sont les mêmes et révèlent que les femmes se projettent automatiquement avec des salaires moins importants, alors que les hommes ont parfois tendance à se projeter un peu trop haut. » explique Ridouan Abagri, directeur de Digital College, établissement d’enseignement supérieur spécialisé dans la formation au digital. C’est pourquoi l’école a mis en place une conférence annuelle dédiée à la négociation salariale pour les femmes, recueillant pour l’édition 2021 les témoignages d’une ancienne étudiante à l’insertion optimale, une recruteuse IT d’un cabinet international, et la directrice marketing digital d’une grande multinationale. « A travers cette intervention, nous souhaitons aider les jeunes femmes à lever certaines barrières, en leur apportant de précieux conseils, puis accompagnement sur le long terme par la suite. » précise Ridouan Abagri.

 

Objectif : attirer les femmes dans les métiers du digital

Pour contrer ces mauvais résultats, la solution consiste à briser les stéréotypes, et faire preuve de parité, notamment auprès des plus jeunes. D’ailleurs, l’égalité entre les hommes et les femmes fait partie des « grandes causes nationales » défendues et au programme du quinquennat du Président Macron. Tous secteurs confondus, seulement 17% des professions en France sont mixtes. Le gouvernement a pour objectif de porter ce taux à 30% à l’horizon 2025 en considérant qu’une profession est mixte lorsque les parts de femmes et d’hommes sont comprises entre 40 et 60%. Pour y arriver, les changements se font tôt, dès les bancs de l’école. Pour exemple, le stage en classe de troisième a désormais pour but de promouvoir les filières techniques et scientifiques auprès des jeunes filles. À un niveau supérieur, le gouvernement a pour objectif de fixer le quota d’étudiantes à 40% au sein des filières scientifiques de l’Université.

Outre les ambitions gouvernementales, de nombreuses associations et organisations œuvrent pour l’insertion des femmes au sein du monde du numérique et du digital. Si la mixité dans le monde du numérique n’est pas encore atteinte, de nombreuses actions sont mises en place pour permettre de rendre le digital plus accessible aux femmes. Enfin, nous pouvons aussi citer la création de La journée de la femme digitale qui entend valoriser les femmes dans le numérique et leur donner l’envie d’oser et d’innover.

publicité


Le secteur du digital est indubitablement un secteur d’avenir qui va continuer à nécessiter de plus en plus de professionnels très qualifiés et innovants. À noter que de nombreuses écoles participent, elle aussi, à ce changement de maturité. Digital College accueille ainsi dans ses effectifs près de 70% de femmes parmi ses étudiants formés aux métiers du digital, du marketing au développement web en passant par la communication. Pour en savoir plus, vous pouvez consulter leur site internet : https://digital-college.fr.

 

Comment évolue la participation des femmes dans le domaine du digital ?

En 2019, Kantar a édité son infographie sur les femmes dans le monde du digital. En mars 2021, Kantar a mis à jour ses données. Ces dernières révèlent que 44% des femmes connectées sur 25 marchés publicitaires utilisent Internet tout au long de la journée (VS 40% en 2019) soit 4% de plus que les hommes en 2021. De plus, alors qu’en 2019 elles étaient 86% à posséder un smartphone, elles sont près de 91% à en posséder un en 2020, quasiment à égalité avec les hommes qui sont 90%. La Corée du Sud et Taiwan sont les pays où 98% des femmes possèdent un smartphone.

Le pourcentage de femmes déclarant passer beaucoup de temps en ligne sur les médias sociaux est resté identique (19%). Youtube a pris la tête du classement des 10 réseaux sociaux les plus utilisés (hommes et femmes confondus) relayant Facebook à la seconde place. Pinterest a également fait une belle ascension en passant de la 7ème à la 4ème place pour l’usage des femmes. Chez les hommes, c’est Twitter qui occupe la 4ème place. Kantar souligne que les pourcentages d’utilisation des réseaux sociaux ont bondi depuis 2 ans et ce phénomène ne peut que continuer.

Pour les achats en ligne, la tendance de 2019 est confirmée : les hommes et les femmes achètent presque tout autant sur Internet ! Certaines pratiques ont diminué de la même manière pour les deux sexes, comme l’utilisation de sites comparateurs de prix et l’utilisation de codes promotionnels en ligne.

 

Le rôle des femmes dans l’histoire de l’informatique

Malgré ces résultats faibles en 2021, il est bon de rappeler que les femmes ont fait partie intégrante de la montée de l’informatique sur le marché. Ainsi, nous pouvons nous remémorer l’invention du code et le premier algorithme de l’histoire par Ada Lovelace en 1843, ou encore la naissance des langages de programmation et des logiciels informatiques par le Dr. Grace Hopper en 1953. Elle inventa également le terme « bug » pour désigner un dysfonctionnement.

Enfin, la naissance du Wi-Fi grâce à Hedy Lamarr qui a inventé la technologie sans fil durant la Seconde Guerre Mondiale. Il aura fallu attendre 2017 pour que toute l’histoire d’Hedy Lamarr, actrice qualifiée de « la plus belle fille du cinéma », soit rendue publique. Du côté de la NASA, on se souviendra des femmes mathématiciennes, et ingénieures pour certaines, Katherine Johnson, Dorothy Vaughan et Mary Jackson, dont le travail a fortement contribué à la réussite de la conquête spatiale.

C’est lorsque le secteur informatique a pris de la valeur en termes de carrière que les hommes se sont faits plus nombreux.

Découvrez toutes les actualités et les formations de Digital College juste ici !

digital-college-femmes-tech-etude-jupdlc

Tag :

emoji-email Ne manquez aucune actualité, abonnez-vous !

Chaque semaine, le meilleur de la communication et du digital directement dans votre inbox...