Emojis Facebook : entre tendance numérique & fabulation marketing

Quels sont les enjeux, les croyances et les limites des emojis Facebook ? Lumière sur cette nouvelle fonctionnalité

Il y a deux jours, Facebook lançait ses emojis pour diversifier le like dit classique. Suite à une étape de mise en ligne de quelques semaines, les « Facebook Reactions » sont enfin arrivées et suscitent bon nombre de réactions. Selon le discours de Facebook, cette fonctionnalité doit permettre un partage de ses émotions plus simple, plus clair et plus pertinent. De plus, le géant américain souhaite donner la possibilité aux utilisateurs de mettre véritablement en avant leurs sentiments, allant ainsi plus loin dans la signification du simple like. Transparence et émoi, voila les mots clés officiellement prônés.

Certains voient dans cette récente opération une réelle innovation, permettant d’apporter une plus-value aux likes et favorisant ainsi un discours plus « vrai », plus « sincère » sur Facebook. D’autres encore, trouvent le concept sympa, sans vraiment avoir de notion en CM. Egalement, les utilisateurs valident l’idée de pouvoir mettre une « emotion » négative sur une information ou un poste au ton grave. Si les propos tenus diffèrent légèrement quand à la finalité de ces émojis-likes, les internautes s’accordent à dire que c’est un dispositif amusant et plutôt  plaisant. De plus, beaucoup y voient une continuité de la tendances actuelle, symbolisée par les émojis et plaçant l’émotion au coeur de tous les débats et de toutes les prises de paroles en ligne (ou non) des marques. Coca-Cola, Pepsi, Google, Twitter, Havas, toutes ces entreprises font leur miel de cette croyance liée à l’affect sur internet. Beaucoup de marketeurs parlent d’émotion sans réellement en connaitre la definition.

Que vont apporter ces emojis  ?

Que l’on soit clair, les émotions sont très difficilement mesurables, il est quasiment impossible de quantifier une émotion humaine ou encore de la calculer. Ainsi, utiliser cet argument dans un discours marketing visant à vendre un produit, est déjà quelque chose de complexe car le sujet doit être maitrisé totalement.

De ce fait, il est donc impossible de mesurer à 100% une émotion sur internet. J’insiste sur ce point car beaucoup de communicants vendent leurs prestations en valorisant la mesure de cette même émotion. Ils prétendent savoir quelles sont les réactions des utilisateurs et des publics cibles avec des outils de mesure et des chiffes vident de sens. La véritable conséquence de l’arrivée de ces emojis sur Facebook est l’augmentation des argumentaires creux et incongrus de la part des professionnels du numérique. Cette nouvelle fonctionnalité, mal vue par les CM qui devront redoubler de travail pour tenter de sortir des rapports chiffrés et en faire une analyse pragmatique, apparait néanmoins comme une aubaine pour les managers et les commerciaux qui vont pouvoir continuer à vendre du vent à leurs clients.

A mon sens, il existe un mythe lié à « l’émotion véhiculée et mesurable« , exacerbé par le web et les réseaux sociaux. La plupart des louanges qui sont faites aux outils de mesure en ligne ne sont que poudre aux yeux. Beaucoup d’agences digitales apportent des prestations d’étude de présence en ligne et d’audit e-réputation, mais très (très) peu sont en mesure de proposer de réelles analyses ou des chiffres ayant un vrai sens.

Pour en revenir aux émojis Facebook, ces derniers ne sont rien de plus qu’un moyen de vendre, encore et toujours plus de vent à ses clients…

Vous aimerez aussi...

Facebook lance un Summer Camp pour sensibiliser aux enjeux du numérique

Du 19 juillet au 11 août 2019 (chaque vendredi, samedi et dimanche), Facebook s'installe sur la Prairie du Triangle et sur la Folie N7 pour proposer au grand public de venir revivre l'expérience Summer Camp.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos partenaires dans la com’ :


“bandeau-partenaires”