Communication : à quoi ressemble le bon manager de demain ?

En collaboration avec l'ISTC
istc-bon-manager-demain-competences-jupdlc

Le monde de l’entreprise change en permanence. La pandémie de Covid19 a été la raison d’un important bouleversement. Conséquence de cette évolution, le manager est contraint de se réinventer, et être en phase avec le monde de demain.

 

Manager, un métier en évolution

Dans notre podcast School Stories, nous avons reçu Pascal Gros, responsable des relations entreprises à l’ISTC. Ce dernier a défini les différentes missions d’un bon manager. Ainsi, le manager doit être « un guide qui encadre une équipe. Le temps du petit chef est fini. Le manager de demain est un leader bienveillant, une source d’inspiration pour ses collaborateurs. Il a aussi une mission de conseil. Un bon manager doit être capable de dire non à une proposition, et de proposer une alternative à ce refus », explique Pascal Gros.

Notre monde ne cesse d’évoluer. Un bon manager doit pouvoir rester en veille avec les modes de consommation des consommateurs. Pour exemple, la France est le 2e marché européen sur le numérique. Pour suivre cette tendance, le manager marketing notamment, doit savoir maîtriser ses nouveaux outils, et rester en phase avec les tendances imposées non pas pour, mais par les consommateurs. « Aujourd’hui, les consommateurs sont les précurseurs des nouveaux modes de consommation », ajoute Pascal Gros, responsable des relations entreprises chez ISTC.

 

Le manager de demain menacé par la jeune génération ?

Le manager de demain doit donc perpétuellement se remettre en question, et continuer à apprendre. La raison est assez simple : notre monde est résolument connecté, une transformation digitale portée par une génération Y qui aime bouleverser les codes, et donc les tendances. Selon certains spécialistes, la plupart des secteurs devraient être entièrement numérisés d’ici 2025, et selon Harvard Business Review, 90% des grandes entreprises déclarent avoir mis en place une stratégie numérique.

Le manager est bousculé par le numérique. Tout s’y passe. La pandémie de Covid19 a, par exemple, boosté la tendance e-commerce. Enfin, le manager doit pouvoir rester dans l’air du temps, et présent sur les réseaux sociaux. Ces derniers ne cessent, d’ailleurs, d’évoluer. Le manager marketing va devoir miser sur le bon réseau social pour toucher la bonne cible, le bon prospect, le bon client. Là encore, il va devoir, non pas prendre exemple sur de jeunes collaborateurs, mais s’appuyer sur ces forces plus jeunes pour booster la productivité et les résultats de son entreprise.

 

À la recherche des qualités humaines

Toujours dans notre podcast School Stories, Pascal Gros proposait de revenir sur les qualités humaines d’un bon manager marketing. Les soft-skills sont de plus en plus recherchées sur le marché du travail, notamment auprès des jeunes diplômés. En mars 2021, nous vous proposions de vous aider à développer vos soft-skills via cet article.

Ainsi, outre l’expérience et les compétences du candidat, le recruteur va s’intéresser à sa personnalité. Ces compétences doivent aussi être maîtrisées par le manager. Dans le marketing, une des premières qualités est la curiosité. « Le manager de demain doit être un capteur de tendance, mais aussi aiguiser son esprit critique », ajoute Pascal Gros. De plus, pour s’adapter aux évolutions constantes du secteur, il doit être agile. Là encore, la pandémie de Covid19 a renforcé cette tendance. Dans la réussite d’un projet, le réseau est très important. Et pour entretenir ce réseau, la solution est simple : tisser des liens solides entre les membres de son équipe. Pour ce faire, le manager doit faire preuve de bienveillance, et non d’autorité.

publicité


Ces qualités sont utiles au manager, mais aussi aux équipes en interne au sens large. Pour exemple, Pascal Gros témoignait que les différentes entreprises partenaires de l’ISTC, via des stages ou des alternances, recherchaient aussi ces qualités auprès des étudiants de l’école.

 

Le manager de demain, un être seul contre tous ?

Trop longtemps perçu comme un leader solitaire, le manager de demain aura pour mission d’encourager ses équipes, d’être source d’inspiration, mais aussi être à l’écoute de ses collaborateurs. Ainsi, il doit être assez ouvert pour demander de l’aide, admettre qu’il a tort. Ce n’est pas un signe de faiblesse, au contraire, ses collaborateurs vont alors le stimuler pour qu’il soit force d’une autre proposition.

Dans un esprit collectif avec ses collaborateurs, le manager de demain va devoir maîtriser l’ensemble des codes de la communication. Qu’importe la situation, il doit être capable de changer de style afin de communiquer efficacement avec l’ensemble des parties prenantes.

Néanmoins, dans un monde en évolution et en pleine transformation numérique, les moyens de communication vont encore évoluer pour être plus clairs et plus immersifs. Dans un monde où les fuites numériques sont plus susceptibles de se produire, les managers devront contribuer à façonner des stratégies de transparence qui permettent aux employés de connaître l’environnement où ils évoluent.

D’ailleurs, il a été démontré que la productivité est plus élevée lorsque les compétences en matière de management et de communication interpersonnelle sont moyennes ou supérieures à la moyenne. Enfin, pour correspondre à cette évolution, la notion de confiance doit être omniprésente entre le manager et ses collaborateurs. Les cols bleus et les cols blancs ne font plus qu’un, l’intelligence collective étant au centre du process.

istc-bon-manager-demain-competences-jupdlc
En collaboration avec l’ISTC

 

Place à l’intelligence émotionnelle

Le manager de demain est un être à part entière. La performance sociale est devenue aussi cruciale que la performance économique. Dans ce contexte d’évolution, l’intelligence émotionnelle, c’est-à-dire la capacité à mieux comprendre et appréhender ses émotions et celles des autres, doit être maîtrisée par le manager. Il doit avoir la capacité à apporter plus de reconnaissance à ses collaborateurs, et à concilier exigence et bienveillance.

Le manager émotionnel cherche également à inspirer confiance à ses équipes. Ainsi, l’évolution des pratiques managériales sera également caractérisée par l’attente d’un leadership humble, qui éclaire, plus dans la confiance que dans le contrôle, plus collaboratif et qui sait se remettre en question.

 

Pour en savoir plus, découvrez la page ISTC et écoutez notre épisode School Stories : 

 

Tag :

emoji-email Ne manquez aucune actualité, abonnez-vous !

Chaque semaine, le meilleur de la communication et du digital directement dans votre inbox...