La learning expedition : une innovation managériale à exploiter

En collaboration avec l'ISTC
bus-personnes-voyage-learning-expedition

Comment identifier les meilleures pratiques sur le marché ? Faut-il parier sur un nouveau modèle d’activité résultant d’une innovation de rupture ou sur la protection d’une activité historique (dilemme de l’innovateur de Clayton Christensen) ? Comment mener à bien sa conduite du changement ? Comment stimuler ses équipes et optimiser la cohésion entre les collaborateurs ? Autant de problématiques auxquelles les entreprises sont constamment confrontées. Et si les leviers à la disposition de ces organisations sont nombreux et variés, nous vous présentons ici la méthode du learning expedition (LEX) ; aussi appelée « voyage d’étude » ou « voyage découverte ».

Souvent confondue avec une journée de team building ou un séminaire, cette innovation managériale est destinée à accélérer la transformation d’une entreprise, impulser une dynamique de transition positive autour d’un projet commun et mobiliser les équipes. Une solution qui prend tout son sens en ces temps perturbés par la crise du Covid-19.

 

La learning expedition, c’est quoi ?

Après plus d’un an de crise liée à la pandémie, on n’a jamais eu autant besoin de travailler ensemble et d’échanger collectivement. La learning expedition répond justement à ce besoin. Il s’agit d’un voyage « apprenant » entre collaborateurs d’une même organisation ou équipe, dans des hubs d’innovations en France ou à l’étranger. Cette expérience ultra-enrichissante et stimulante, comprend donc des visites, des conférences, des temps d’échange avec des personnes inspirantes, des mises en situation, des serious games… Une méthodologie souvent utilisée par des entreprises flexibles et agiles. L’idée ? Voyager pour s’inspirer, comprendre, prendre l’air, sortir des sentiers battus, découvrir un nouveau secteur, une nouvelle pratique managériale, une nouvelle organisation du travail… En bref, la learning expedition consiste à découvrir une nouvelle culture d’entreprise et développer une nouvelle vision commune. Les propos de Marcel Proust ont leur place ici : « Le vrai voyage, ce n’est pas de chercher de nouveaux paysages, mais un nouveau regard ».

salle-attente-aeroport-avion-learning-expedition
Crédit Photo : Unsplash / Briana Tozour

Il semble opportun de souligner que cette démarche s’inscrit dans le Design Thinking (une méthodologie de travail centrée sur l’utilisateur) et plus particulièrement dans l’étape d’idéation. En effet, il est primordial de cultiver sa curiosité et donc de regarder autour de soi, d’explorer les « ailleurs », pour trouver LA bonne idée. Pour ce faire, la LEX est un outil ludique qui stimule l’intelligence collective. Grâce à lui, les participants vont récolter un maximum de pistes de réflexions, pour ensuite les analyser, les recouper et les travailler. Cette expédition d’exploration bouscule les connaissances et les zones de confort, en confrontant les participants à des entreprises, des personnes, des parcours et des modèles différents.

Pour reprendre les propos de Maureen Halbeher, Responsable innovation chez Randstad : « A chaque fois, c’est un vrai choc d’émotions, je vois des étoiles dans les yeux des participants. Ils s’autorisent à penser autrement, à modifier leur posture managériale et à s’ouvrir à de nouvelles manières de travailler. »

 

Quelles sont les étapes clés pour organiser ces voyages inspirants ?

Avant tout, il advient de se poser les bonnes questions :

  • A qui s’adresse cette learning expedition ? Équipe, jeunes managers, etc.
  • Quel est l’objectif précis de ce voyage ? Pourquoi partir ? Changer d’organisation, faire émerger des talents, résoudre des problèmes concrets, lancer un nouveau projet, optimiser la qualité de vie au travail, renforcer les dynamiques collectives…
  • Ces deux premières questions vont permettre de définir la thématique de cette expédition : quel est le sujet ? Il s’agit ici d’ouvrir les perspectives, sans se limiter à un benchmark ou une observation de la concurrence voisine.
  • Quel est le format ? Présentiel ou distanciel, le nombre de jours dédiés…

En termes de ratio, il est recommandé d’intégrer ces learning expeditions « en douceur » dans son programme. Selon les destinations, la distance à parcourir ou encore le moyen de transport utilisé, il est possible d’organiser 1 jour de LEX sur 3, 2 jours sur 5 ou 3 jours sur 7. La réussite de ce programme est autant une affaire de qualité que d’équilibre et de rythme.

publicité


Une fois le cadre posé, il est possible de :

  • Définir son « circuit »

Autrement dit, la sélection des étapes du voyage, comme pour un safari ! Il faut alors choisir une destination mais aussi les activités proposées ainsi qu’une série d’acteurs innovants et inspirants. Alterner les formats permet notamment de stimuler les différents membres du projet (ateliers, interventions, visites insolites, formats hybrides…).

  • Se connecter à un écosystème international

La learning expedition est aussi une occasion de rencontrer les « bons acteurs » de son marché, de se créer un réseau à l’étranger, de tisser des liens avec des grands groupes, des startups, de lab d’innovation… C’est pourquoi, il est important de bien choisir son partenaire initial.

  • Recenser les idées générées au retour de ce voyage

Une fois la LEX passée, l’équipe va pouvoir reprendre toutes les idées, les visualiser, les recouper, les réécrire ou les mixer avec les anciennes pistes de réflexion. Par ailleurs, la notion de partage et de transmission sont ici importantes. En effet, l’impact de la LEX ne doit pas se limiter aux participants : il doit au contraire avoir une résonance au sein de toute l’entreprise. D’où l’importance de préparer des livrables ou ateliers, pour diffuser les conclusions tirées de cette expérience collective.

A noter que de nombreux acteurs spécialisés dans l’organisation de ces voyages sur mesure, comme Innovation is Everywhere ; pourront vous faire gagner du temps en coordonnant le tout.

 

Pourquoi parler d’innovation managériale ?

Si les LEX existent depuis plusieurs années maintenant, elles ont beaucoup évolué. Et ce, à tous les niveaux. D’un point de vue logistique, la coutume était de proposer des voyages à l’étranger, pour voir un maximum d’entreprises à un rythme effréné, tel un parcours du combattant. Aujourd’hui, plusieurs sociétés misent sur de hauts lieux d’innovation et d’incubation en France, pour apprendre des savoir-faire et savoir-être de leurs propres territoires. Le rythme est désormais plus apaisé et les participants, plus exigeants, attendent de vrais résultats. De la même manière, l’objectif premier de ces voyages a muté. Il n’est plus le même qu’il y a 20 ans. En effet, on ne convoite plus seulement la dernière pépite tech de la Silicon Valley : on traque les dernières innovations partout (pays, secteurs, organisations, activités, pratiques, sujets…). A titre d’exemple, l’un des principaux enjeux de cette méthodologie d’accompagnement du changement est l’innovation managériale.

Plus qu’une tendance, cet accélérateur de prise de décisions se pérennise de plus en plus. Et pour cause ! Face aux perpétuels changements sociaux et à la complexification du monde du travail, il est essentiel aujourd’hui de savoir s’adapter et de modifier ses comportements. Des faits davantage mis en exergue avec la crise du Covid-19.

Selon Fatima Drici, Responsable Pôle Soft Skills et Développement Personnel à l’ISTC, Intervenante en conception et conduite de projets entrepreneuriaux : « L’entreprise doit envisager la performance autrement que par la seule finalité de la productivité et une des clés passe par la mutualisation des talents disponibles et l’intelligence collective. Pour cela, elle doit les identifier et savoir comment promouvoir la collaboration et la cohésion des équipes à son service. »

Pour citer de nouveau Maureen Halbeher, Responsable innovation chez Randstad : « Les LEX perdureront car il y a toujours des structures avec un temps d’avance ou à l’inverse qui ont échoué, et l’on apprend beaucoup de l’échec aussi. La logique reste toujours la même : gagner du temps dans sa propre transformation et voir les choses autrement ».

Évidemment, la LEX n’est pas une solution miracle ! Mais elle possède de nombreux atouts et suscite un fort engouement. Conscientes de ce potentiel d’innovation et d’agilité, les écoles proposent elles aussi des learning expeditions !

bus-personnes-voyage-learning-expedition
Crédit photo : Unsplash / Annie Spratt

C’est le cas notamment de l’ISTC qui complète ses formations de 4ème et 5ème année avec ces immersions intenses et inspirantes. Une occasion pour les étudiants d’élargir leur regard sur leurs futurs métiers et domaines d’activité, de sortir de leur zone de confort, d’acquérir une dimension stratégique et internationale de la communication, de développer des compétences managériales, mais aussi, de trouver l’inspiration.

« La LEX de l’ISTC propose un voyage de découverte qui va plonger nos étudiants dans un écosystème inspirant, innovant à travers lequel ils devront se projeter dans un futur secteur et visualiser ses tendances. La 1ère LEX de l’ISTC a été lancée dans un contexte de crise sanitaire et le choix a été fait de permettre le « recentrage » sur soi, sur les valeurs, le partage et la bienveillance. Ainsi, des intervenants ont embarqué nos 26 étudiants l’année dernière, à travers leurs expertises, leurs vécus, sur des nouveaux chemins : le mécénat de compétences, la résilience, la compréhension de l’autre… » conclut Fatima Drici, Responsable Pôle Soft Skills et Développement Personnel à l’ISTC, Intervenante en conception et conduite de projets entrepreneuriaux.

Intéressé par cette pédagogie ? Rendez-vous sur la page école dédiée à l’ISTC pour en savoir plus.

Tag :

emoji-email Ne manquez aucune actualité, abonnez-vous !

Chaque semaine, le meilleur de la communication et du digital directement dans votre inbox...