5 conseils pour assurer un avenir meilleur aux médias digitaux

Les mauvaises pratiques sont encore beaucoup trop présentes dans l’activités de certains médias numériques. Comment lutter contrer ? 

L’avènement des médias numériques a changé le marketing pour toujours. Ils ont permis aux marques de cibler de manière instantanée et sans précédent leurs consommateurs mais pas sans conséquence. En effet, la recherche d’efficacité a fait place à l’obsession du clic et à l’optimisation des marges.

iotec, société de conseil indépendante et éthique en publicité digitale, partage ses cinq conseils pour lutter contre la fraude, le manque de transparence et le manque d’éthique dans les médias numériques.

1) La diversité booste la créativité

La culture d’une entreprise a un impact énorme sur sa production créative. Il est prouvé que des équipes diversifiées sont plus efficaces. En effet, des équipes de personnes de même origine, ayant reçu la même éducation ou étant de la même génération, créent une chambre d’écho, engendrant le même type de pensée.

Si les entreprises déployaient des équipes riches de tous profils, pour travailler sur les développements technologiques et les campagnes publicitaires, elles favoriseraient la créativité et une critique plus large d’un produit ou d’un service. Selon un rapport de McKinsey & Company publié en 2018, la diversité est également bénéfique pour les profits. Le rapport a révélé que les équipes de direction mixtes connaissent une rentabilité supérieure à la moyenne (+21%).

 

2) La transparence, c’est le minimum

Suite à des événements récents, comme le scandale de Cambridge Analytica sur Facebook, il n’est pas surprenant que la confiance des consommateurs dans l’industrie publicitaire n’ait jamais été aussi basse. Les consommateurs ne sont pas les seuls concernés ; les spécialistes du marketing veulent eux aussi savoir comment leur budget est dépensé et dans quelle mesure ces dépenses sont efficaces.

Le rapport d’iotec sur la transparence des services mobiles a révélé qu’une transparence totale est le critère le plus important de la relation d’un marketeur avec son fournisseur. En effet, la principale raison du changement de fournisseur publicitaire est la transparence (20,2 %). Il est donc devenu indispensable d’exiger la transparence tout au long de la chaîne d’approvisionnement.

 

3) Établir des partenariats fiables

Au-delà de l’efficacité, du coût et du placement de la publicité, les spécialistes du marketing doivent avoir l’assurance que l’inventaire qu’ils achètent est sûr pour leur marque et pour la personne qui regarde l’annonce. Les réglementations telles que l’outil ads.txt, qui aide les annonceurs à éviter les fournisseurs illégitimes et les éditeurs à empêcher les ventes d’inventaire non autorisées, contribuent dans une certaine mesure à corriger les pratiques contraires à l’éthique dans le secteur.

Des initiatives positives émergent également en France. L’Interactive Advertising Bureau France (IAB) représente les acteurs de la publicité digitale auprès de son écosystème et accompagne le développement économique de la publicité digitale vertueux et générateur de valeur pour toutes les parties prenantes. Ses travaux sur le « Transparency and Consent Framework » soutient l’écosystème de la publicité numérique dans le respect du RGPD et de la directive ePrivacy. L’IAB France a notamment publié en décembre 2018 son 2ème Baromètre sur l’Adoption des Consent Management Platforms (CMP).

 

4) Faire émerger des pratiques exemplaires 

L’industrie de la publicité à la responsabilité collective de remettre en question et de modifier le fonctionnement de la supplychain adtech.
Beaucoup d’initiatives apportent des changements positifs à l’industrie. Iotec a, par exemple, lancé un Manifeste éthique d’adtech pour encourager un dialogue entre les différents acteurs du secteur et ainsi permettre d’apporter transparence et responsabilité aux médias numériques. Ou encore, Teemo, une startup française, est la seule société de Drive-To-Store à avoir la validation de la CNIL et à pouvoir assurer une totale tranquillité à ses partenaires annonceurs et éditeurs.

 

5)  Apprendre en continu 

Pour chaque groupe de parties prenantes, les règles vont évoluer et les compétences doivent constamment évoluer en tandem, entre les annonceurs et les éditeurs.
L’industrie des médias numériques est sous pression, mais des changements positifs sont déjà en cours. Chacun des acteurs de la supplychain de la publicité digitale doit saisir l’opportunité de créer un secteur plus fort et ainsi regagner la confiance des consommateurs et des annonceurs.

Vous aimerez aussi...

Les 50 entreprises qui font rêver tous les jeunes créatifs

Le site de networking pour créatifs dévoile son classement annuel des 50 marques les plus attirantes aux yeux de tous les jeunes créatifs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nos partenaires dans la com’ :


“bandeau-partenaires”

Merci pour le partage !

N'hésites pas à nous suivre sur nos réseaux, sait-on jamais, c'est toujours bon d'avoir un pote dans la com' ;)

Send this to a friend