Un cri de détresse composé de 30 sons d’animaux agonisants pour éveiller les consciences

« Sound of Sea », c’est l’histoire d’un son étrange provenant de l’océan, un son jamais entendu auparavant, comme vivant.

Le premier à l’entendre lors d’une plongée, c’est l’apnéiste français Guillaume Néry, acteur secret de cette opération qui hier matin mercredi 3 Avril, a posté une vidéo de ce son sur ses différents comptes. Plusieurs dizaines d’amoureux de la mer et influenceurs ont relayé cet étrange son amplifiant ainsi sa portée sur les réseaux sociaux et suscitant déjà de nombreuses interrogations. Quel-est ce son ? D’où vient-il ? Que veut-il dire ? 
Ce son est en réalité l’addition de plusieurs sons : des vrais sons sous-marins, des complaintes sonores du monde du vivant, victime de la surexploitation humaine : une baleine harponnée, des baleines pilotes traquées sur les Iles Féroé, des dauphins pris dans les mailles d’un pécheur, l’agitation frénétique des bancs de poissons agglutinés dans les filets des chalutiers.
Des atrocités inaudibles, invisibles et donc ignorées.
Ces sons triés, amplifiés, travaillés et juxtaposés ont donné un son unique : « Sound of Sea »: le S.O.S de l’océan. Ce son a été émis depuis une étrange balise sphérique plongée dans les profondeurs de l’océan au large de La Rochelle, où le Sam Simon est actuellement en mission pour lutter contre les navires de pêche qui capturent des dauphins dans leurs filets. Cette balise a été conçue spécialement pour une opération menée par Sea Shepherd France et l’agence de communication TBWA\PARIS.
Le dispositif a été pensé pour sensibiliser les citoyens sur l’urgence de réduire notre consommation de poissons. Les mesures politiques sont trop faibles et trop lentes. Il est temps d’agir avec des actions concrètes menées par chacun d’entre nous : repenser notre manière de (dé)consommer l’océan et arrêter de le considérer comme un garde-manger inépuisable. Car les prévisions des scientifiques sont alarmantes : selon les Nations Unies, si rien n’est fait pour contrecarrer le phénomène de la surpêche, les populations de poissons s’effondreront d’ici 2048. Sans eux, l’océan première machine de régulation du climat et premier fournisseur d’oxygène sur la planète, cessera de fonctionner. Nous ne survivrons pas à la mort de l’océan. Bien plus que des protéines, les poissons sont le souffle qui nous rattache à la vie.
Finalement, Sound Of Sea est une nouvelle manière d’interpeller le grand public et les médias. Ce n’est plus l’Homme qui parle à l’Homme des problèmes des Océans, c’est quelque part directement l’océan qui nous interpelle, avec son langage à lui, un langage que l’on comprend sans l’avoir appris, un appel de détresse, un cri : un SOS. En somme, une très belle opération qui fait sens et qui mets les citoyens en face de leurs responsabilités.

Vous aimerez aussi...

Les 4 principaux motifs d’échec des projets en mode design thinking

Christophe Cotin Valois, CEO et co-fondateur de Welcome Max nous propose une réflexion autour du design thinking et ses méthodes ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos partenaires dans la com’ :


“bandeau-partenaires”