Un 3eme confinement serait le coup de grâce pour les indépendants

Un 3eme confinement serait le coup de grâce pour les indépendants

covid-confinement-businessPhoto by Yasmina H

 

Pourquoi tant avoir espéré un vaccin si la seule réponse de l’executif est l’enfermement? A la veille d’un probable reconfinement … Il est nécessaire de prolonger le fonds de solidarité jusqu’à juin pour toutes TPE ayant entre 40 et 50 % de baisse de chiffre d’affaires sur l’exercice 2020 avec un doublement du plafond de 1500 à 3000 euros. Il s’agit de sauver des entreprises oui mais surtout des personnes qui ont besoin de leur emploi et de pouvoir financer leur vie.

Les TPE sont un écosystème faisant fonction de rempart contre l’inactivité et le chômage. Etaient?

Le seul bruit audible aujourd’hui est-il cette petite musique si terrible: dépôt de bilan/licenciement/chômage/précarité?

Les chiffres à date sont là : (baromètre décembre de l’activité des entreprises sous COVID) nul besoin d’attendre les annonces de l’INSEE et autres tribunaux de commerce quasi à l’arrêt pour réaliser ce qu’il en est … dans trois mois….

publicité

Annonce par JPC Network


Les entreprises de moins de dix salairés, les indépendants, armée de l’ombre bâtie sur un micro-capitalisme de proximité non financiarisé plutôt que sur l’adossement aux prestations sociales, sur le choix de la valeur ajoutée du travail en l’absence de toute velléité spéculative, sur la préférence pour la prise de risques mais sans la contrepartie de sa juste rémunération. On est loin de la vision du prolétariat salarié industriel du XIXe siècle.

Aujourd’hui, aussi légitimes soient les motifs sanitaires, la décision de décréter des reconfinements ou des couvre-feu est donc la seule réponse possible versus une vaccination de la population ou le seul confinement protecteur des populations fragiles avec mise en place d’accompagnements spécifiques vs l’arrêt total d’un pays?

Sans réaction adaptée et urgente (créative?), nous pourrions vivre le dernier acte de la chronique d’une mort sociale annoncée dont les dégâts sont susceptibles de dévaster l’essentiel des 2 millions de TPE et leurs familles et leurs millions de salariés.

 

Que faut-il retenir ? 

Trois quarts des professionnels mécontents de l’action du gouvernement

Le confinement allégé et le renforcement des aides sans changement sur la perception de la politique du gouvernement. Malgré la réouverture des commerces au 28 novembre, l’appréciation négative de l’action du gouvernement à l’égard des TPE dans ce rebond de la crise sanitaire reste très élevée malgré l’augmentation des aides fournies.

Cette absence d’évolution positive de l’opinion des artisans, commerçants, professionnels indépendants et dirigeants de TPE par rapport à l’enquête du SDI réalisée durant le confinement le 10 novembre 2020 est parfaitement représentative des remontées terrain indiquant que la volonté essentielle des professionnels est de travailler.

Une politique sanitaire incompréhensible : La raison essentielle de ce mécontentement relève d’une absence d’adhésion (52% d’opinion négative contre 13% d’opinion positive et 35% neutre) à la logique sanitaire suivie par le gouvernement à l’égard des commerces de proximité. Alors que les consommateurs se pressaient dans les grandes surfaces et les salariés dans les transports en commun, la fermeture des commerces dits « non-essentiels » et dès lors désignés (à tort) comme principaux vecteurs de la pandémie, ne passe pas.

 

Une baisse de chiffre d’affaires en 2020 pour 85% des TPE

Une baisse de CA constatée par une écrasante majorité de TPE, fermées ou non : Dans le détail, si les entreprises du secteur CHR sont les plus touchées par des baisses de chiffres d’affaires sur l’année 2020 (96% des entreprises), celles qui ont subi les deux confinements les suivent de très près (87%), lorsque 67% des activités dont l’ouverture était autorisée enregistrent elles-mêmes une baisse d’activité.

Il n’est pas rare de constater des baisses de chiffres d’affaires supérieures ou égales à plus de 50% sur l’année, certes plus particulièrement parmi les entreprises du secteur CHR, mais aussi parmi des entreprises délaissées par les pouvoirs publics en raison de leurs capacités supposées à exercer normalement leur activité.

Une activité « ouverte » n’est pas nécessairement une activité dont le CA s’est maintenu : Il est important de souligner que, parmi les TPE, une activité « ouverte » n’est pas nécessairement une activité florissante. Ainsi, si la grande distribution alimentaire a vu son CA progresser, tout l’alimentaire n’a pas connu cette même fortune.

Durant le second trimestre 20201, les boulangeries-pâtisseries ont par exemple perdu en moyenne 9% de CA. Cet élément peut par exemple s’expliquer en raison des liens entre ces activités et la fermeture des professionnels de la restauration. De même, la carrosserie et la réparation automobile ont perdu 21% de CA, au même niveau que les professionnels du bâtiment (plomberie, plâtrerie, peinture,…). C’est en l’occurrence le confinement qui a asséché la clientèle de ces professions.

Au-delà du secteur CHR, une activité fermée est nécessairement une activité qui est en perte de CA, dans des proportions parfois catastrophiques2

Toujours sur la base du T2 2020, il est possible de citer dans cette catégorie les activités suivantes :

Équipement de la personne : -36%
Équipement de la maison : -17%
Bijouterie : -29%
Parfumerie : -38%
Esthétique : -38% Coiffure : -31,4%

 

 

Article proposé par Marc Sanchez, Secrétaire général du Syndicat des Indépendants et des TPE.

Vous aimerez aussi...

cv-creatif-youtube

Un étudiant en marketing réalise un CV en stop motion avec 1900 photos

Vous le savez, sur J’ai un pote dans la com, nous aimons mettre en avant …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos partenaires dans la com’ :


“bandeau-partenaires”