Télétravail : Comment les agences de pub s’organisent ?

L’industrie de la communication et des médias tourne au ralenti depuis l’arrivée du Coronavirus. Événements annulés, tournages avortés, relations commerciales dénaturées, la situation dans laquelle se retrouvent les agences est plus que préoccupante.

Suite aux propos du président de la République, le télétravail semble devoir s’imposer pour les entreprises françaises. Les agences doivent elles aussi continuer leurs efforts et faire preuve de réactivité sur le sujet.

Si certaines se targuent d’avoir mis en place des process de remote depuis bien longtemps, qu’en est-il vraiment ? Comment réussir à manager ses équipes via les outils numériques ? Comment garantir la sécurité de tous ? Un projet a-t’il une chance d’avancer sans lien physique ? Le télétravail peut-il fonctionner ? Ce sont toutes ces questions que soulève la crise du coronavirus.

De plus, nous sommes de plus en plus accompagnés par toute sorte d’outils collaboratifs, visant à « faciliter » notre manière de travailler ensemble. Slack, Trello,Wrike, il en existe des centaines. Mais ne nous leurrons pas, ce qui va faire la différence, c’est la capacité des équipes à se mobiliser et rester optimistes. Nos métiers permettent le télétravail. Nous avons ici l’opportunité de prouver toute l’importance de l’intelligence collective et du rôle de la communication. Faisons-le !

Si le contexte de cette crise nous plonge dans un certain marasme, les agences semblent néanmoins s’affairer en prenant de vraies mesures. « Nous sommes tous en remote depuis mercredi. Le business reste le même, nous faisons tout pour. La seule chose qui change c’est le 100% digital, y compris avec nos clients. D’ailleurs, ils sont tous très bienveillants. » Sandrine Plasseraud, CEO de We Are Social Paris.

Leila Touiti, membre fondatrice de l’agence The Good Company ajoute : « On travaille chez nous, nous nous réunissons tous les matins grâce à zoom, idem pour certains de nos rendez-vous avec les clients. Nous faisons tout notre possible pour maintenir notre activité tout en protégeant notre équipe et les autres. »

Continuer le business oui, mais il faut voire plus loin affirme Anne-Marie, Directrice des relations presse de DDB Paris : « Nous ne savons pas combien de temps ces mesures vont durer reellement. Il nous faut être agiles, patients et bienveillants, et plus que jamais, responsables et citoyens. »

 

Et les collaborateurs dans tout ça ?

 

Au delà de la réaction inédite et contextuelle, il incombe aux agences de cultiver une vraie méthode du télétravail. Cette réflexion doit aller plus loin que le jour de télétravail « accordé » aux salariés. Des process sont nécessaires et le partage des connaissances doit être effectif. De plus, leur bien-être et leur sécurité doit être assurée. Sandrine, CEO de We Are Social Paris annonce : « On est en train de se dire que ça va durer 3 semaines voir plus. Du coup, on se pose de vraies questions sur le bien-être de nos équipes. Comment éviter la solitude des collaborateurs etc… Nous n’avons pas encore toutes les réponses mais nous mettons en place des calls réguliers, nous imposons de vraies pauses le midi et veillons à leur confort. »

« Habituellement c’était un jour par semaine, ce qui est déjà pas trop mal. Aussi, pendant les grèves, on pouvait être en télétravail, si on habitait « loin ». On est nombreux à ne pas être venus pendant longtemps, on fonctionnait plutôt bien, avec des confcall, des Teams et nos téléphones pros. Aujourd’hui, l’agence est habituée et veut aller plus loin. » Nous dit Paola, chef de projet chez BETC Paris.

Largement plébiscité chez les pays nordiques ou le UK, le travail en remote peine à faire sa place dans nos mentalités bien trop gauloises. C’est d’ailleurs malheureux de voir que seule une crise sanitaire à grande échelle permet de mettre le sujet du VRAI télétravail sur la table.

Néanmoins, les actions mises en places par les acteurs du secteurs sont bonnes. Elles laissent à penser que le télétravail va vraiment prouver sa valeur et son utilité. Pas forcement pour les bonnes raisons mais qu’importe.

« C’est sûr qu’un hangout virtuel ne remplacera jamais la relation humaine mais je pense qu’on peut tous s’en sortir sur les 3-4 semaines, voir être plus efficaces sur cette période. » déclare Sandrine Plasseraud.

 

 

Peut-on tout digitaliser ?

 

La question se pose et les réponses vont dans le même sens. « Même si c’est moins agréable, c’est techniquement possible ! En revanche cela est plus compliqué coté fabrication et production (difficile de juger des couleurs ou de rendus d’une affiche par exemple en viso). La partie administrative, financière et commerciale est plus facile à distance que la partie créative qui nécessite des mises en scènes particulières. Raconter ou présenter un film, nécessite une relation de proximité. Nous y arriverons plus facilement avec les évolutions technologiques. »  nous livre Olivier Bouas-Laurent, DGA chez ISOSKELE

Si la gestion de projet peut se faire, la partie production quand à elle ne peut être assurée… C’est dur à accepter mais il faut garder en tête les enjeux sanitaires et garder une discussion apaisée avec les clients.

« Nous sommes tous, depuis la naissance d’Isoskele, en février 2019, sur l’environnement Teams de Microsoft. Entrainés depuis donc un an, nous pouvons sur cette plateforme dialoguer, stocker, modifier et surtout organiser des visioconférences multi-écrans dans d’excellentes conditions car l’environnement est très stable. Nous fonctionnons également avec NETVISIO pour les conférences téléphoniques uniquement. A 240 collaborateurs, c’est un réel exercice, mais nous prouvons qu’avec un peu de bonne volonté, cela est possible. » termine Olivier.

Egalement, les agences créatives font tout leur possible pour rendre le remote efficace et continuer de travailler. « Chez DDB Paris, tout le monde est en télétravail. On ne plaisante pas, on prend le sujet très au sérieux. Chacun d’entre nous détient une part de la protection des autres. En effet, à partir de lundi, le télétravail est la norme. Tout ce qui est peut être fait en télétravail doit l’être. C’est une démarche citoyenne et responsable dans laquelle l’agence a choisi de s’inscrire » nous dit Anne-Marie Gibert.

Stefan Izoret, en charge de la communication chez Ici Barbès argumente : « Pour nous, l’une des clés pour réussir à traverser ce moment, c’est de conserver au maximum le lien entre les équipes. Il va falloir réinventer notre quotidien, trouver de nouveaux rituels collectifs, des moments de rencontre. »

 

Enfin, notre devoir à tous, communicants, agences, médias, annonceurs, est de tout faire pour garantir la santé des équipes, l’avancée des projets et surtout, empêcher la fermeture des business les plus fragiles ou les plus touchés par les effets du coronavirus.

 

Bon courage à tous !

Vous aimerez aussi...

L’agence Curius lance sa « pop-up university » de design

L'agence Curius met à disposition son expertise en ouvrant sa « pop-up university », une university de design en ligne et éphémère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos partenaires dans la com’ :


“bandeau-partenaires”