Infotainment VS Entertainment. L’humour on TV en France et aux US

humour elmaleh

Ce 5 janvier, M6 lance un Saturday Night Live animé par Gad Elmaleh. L’occasion de revenir sur la manière dont français et américains conçoivent l’humour à la télé.

Aux États-Unis, les Français sont réputés pour leur gastronomie, le luxe, les grèves, mais pas pour leur humour. En effet, aucun comédien français de renom n’est parvenu à y percer à la télévision. Sauf… Roland Magdane. L’acteur a tourné neuf ans outre-atlantique et fut élu meilleur humoriste étranger par la NBC.

L’humour télévisé français est aux antipodes de la culture américaine. Il suffit de regarder comment Yann Barthès dénonce la superficialité des talk-shows américains pour comprendre que l’humour français est purement satirique, quand l’américain reste dans le cliché.

« On est plus dans l’ironie et eux pas du tout », explique l’humoriste français Michael Sehn, installé aux US depuis trois ans. Les américains n’ont pas peur des clichés : ils se moquent des latinos, des noirs, du french lover. Ainsi, « Bienvenue chez les Ch’tis » a fait un carton au box-office US.

Gad Elmaleh peut-il parviendra-t-il à faire passer le public français de l’infotainment à l’intertainment ? Et cela, sans tomber dans la vulgarité d’un TPMP ?

French infotainment

L’infotainment, partout, tout le temps. On ne compte plus les Quotidien, Le Petit Journal, OFNI, On Est Pas Couchés, Les Guignols, Canteloup. L’humour français serait donc un humour de chansonnier. Un humour de fou du roi. Il se moque des grands hommes, les tourne en ridicule, les raille. Il passe des histoires d’amour de François Hollande aux fautes de français des entraîneurs de foot.

À la manière du Petit Rapporteur de Jacques Martin, le Petit Journal et sa suite proposent un traitement amusant de l’actualité, fait des blagues avec du fond, mêle infos sérieuses et sarcasmes. Il est ainsi l’héritier de la tradition du trait d’esprit, des gazettes satiriques et de la comédie bourgeoise. Il porte une critique impertinente et irrévérencieuse de la société.

L’humour français se veut à la fois satirique, caricatural, caustique, subversif, polémique, engagé… bref, politiquement incorrect. Le symbole de cet humour est le « sniper » Laurent Baffie. Cassant, acerbe, sourire en coin.

Antipodes

De culture puritaine, les Américains ne comprennent pas l’ironie et détestent la méchanceté. Les américains se sentent obligés d’ajouter just kidding à la fin d’une blague ironique, par peur de choquer.

Si la satire française passe mal aux US, c’est aussi que « les Américains se vexent vite », explique l’ex-rugbyman Pascal Escriout, devenu humoriste. Voilà pourquoi, si l’humour français doit être méchant pour être drôle, l’animateur américain se doit être drôle sans être méchant.

Alors que le Français tape là où ça fait mal, l’américain, va là où ça fait plaisir. Le Français vanne, mais l’américain blague.

Le succès des talk shows à l’américaine vient de leur humour simple et sans prétention, au contraire de l’humour ironique et satirique auquel nous sommes habitués.

100% intertainment

Alors que les émissions françaises ressemblent à des salons littéraires, où l’on se vouvoie et boit du vin, les talk-shows américains ont des airs de dîners de famille. On s’embrasse, on chante, on danse et on boit du café, sans nulle autre ambition que de faire rire. Pas de face à face, mais un côte à côte.

Contrairement aux français, les talks américains n’ont pas de visée journalistique. D’ailleurs, les animateurs comme Jon Stewart ou David Letterman ne sont pas journalistes, mais humoristes. Ils pratiquent un humour fédérateur, au premier degré, à base d’anecdotes personnelles et d’autodérision. Un humour d’impro, appris sur les bancs du théâtre de la Second City ou de l’UCB.

Ils s’y sont nourrit de l’esprit du Tonight Show des 60’s avec Johnny Carson, et des spectacles de l’acteur Del Close. Ce dernier est considéré comme le théoricien de « l’esprit talk-show » : un humour inspiré de sa propre vie, ancré dans le réel et très personnel.

Sur leur plateau, ils pratiquent le « total intertainment ». Objectif : rendre les gens drôles. Pour cela, ils usent de leurs talents d’improvisateurs professionnels. Ils s’entourent aussi d’auteurs recrutés sur les scènes du pays. En France, seules quelques shows ont des auteurs, comme Salut les Terriens ou le Grand Journal, mais nul ne les connaît.

Dérision contre vulgarité

Le principe des Late Shows est simple : des stars en promotion présentent leur dernière création, puis se tournent en dérision, et livrent au public une anecdote comique sur leur vie quotidienne.

En France, cet humour situationnel est totalement absent du petit écran. Il a pourtant conquis les salles de spectacle, grâce à Gad Elmaleh, Franck Dubosc, Florence Foresti et au Jamel Comedy Club. Aussi, depuis quelques années, il cartonne sur la toile, à travers les vidéos des youtubeurs Norman ou Cyprien.

Ainsi, comment expliquer qu’en France, les seules émissions de pur divertissement soient confiées à Patrick Sébastien et son fils spirituel, Cyril Hanouna ? Comment expliquer le succès de « Nulle part ailleurs », dans les années 90, et l’échec des talk-shows récemment « importés », comme Ce soir avec Arthur, le Late Show de Bellatar ou Jusqu’ici tout va bien de Sophia Aram ?

Peut-être parce qu’il est inconcevable de voir le Jimmy Fallon français faire un piercing à Alain Delon, chanter des chants tyroliens avec Jul et apprendre à François Hollande à nouer une cravate ?

Les Français confondraient-ils dérision et vulgarité ? Entre blagues potaches, danseuses brésiliennes et jeux de rôles désopilants, les frenchies savent faire ! Mais TPMP est-il ce que la télévision française peut faire de mieux en termes de divertissement ?

Il y presque 15 ans, dans « Samedi soir en direct », sur Canal+, Gad Elmaleh, accompagné de Kad et Olivier, montrait l’étendue de ses talents.

L’humoriste est désormais conseillé par le stand-upper Jerry Seinfeld et le franco-américain Dan Naturman. Il pourrait bien parvenir à donner ses lettres de noblesse à l’intertainment made in France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nos partenaires dans la com’ :


“bandeau-partenaires”

Merci pour le partage !

N'hésites pas à nous suivre sur nos réseaux, sait-on jamais, c'est toujours bon d'avoir un pote dans la com' ;)