Le sport en entreprise : la solution win-win selon la start-up Fiters

seance-sport-yoga-entreprise-fiters

La sédentarité, le stress, l’absentéisme, les burn-out, les maladies chroniques, le mal-être au travail… Tels sont les maux les plus courants au sein des entreprises. Dans ce contexte, les campagnes et programmes de prévention se multiplient, et ce « à toutes les sauces ». Mais est-ce toujours efficace ? Les salariés se sentent-ils vraiment impliqués ? Et si la solution, était de proposer à ses collaborateurs des séances de sport en entreprise ?

Si nous avions déjà abordé les bienfaits du sport au bureau, à travers ses valeurs et les diverses actions possibles ; il n’en reste pas moins que seulement 18% des chefs d’entreprises proposent des solutions concrètes pour favoriser l’activité physique au travail, selon une étude du CNOSF. Les principaux freins sont les suivants : le lieu (où organiser les séances ?), le prix, l’organisation et le programme (que choisir ?).

Est-ce vraiment si complexe de mettre en place une activité sportive en entreprise aujourd’hui ? Quel est l’impact d’une campagne de prévention par l’activité physique sur les salariés ? Quels sont les résultats concrets perçus par l’entreprise ?

Pour en savoir plus, J’ai un pote dans la com’ est allé à la rencontre d’un acteur phare du milieu : Fiters. Une occasion d’échanger avec son Co-fondateur et CEO, Dieudonné Moukoue. Présent à l’échelle nationale, cette start-up tech, sport et santé est LA référence du sport en entreprise, et vous accompagne dans la mise en place d’activités physiques adaptées à vos équipes.

Entretien avec Dieudonné Moukoue, Co-fondateur et CEO de Fiters

JUPDLC : Comment vous est venue l’idée de créer Fiters ?

Dieudonné Moukoue : Crée en 2016, Fiters est le fruit de rencontres, de connaissances et surtout de parcours de vie différents. Avec Antoine Matuszewski (Co-fondateur), nous avions décidé de réunir tous nos potes de com – dont les sportifs de notre entourage – avec chacun des compétences particulières. Fiters est vraiment un projet collectif.

L’insight était le suivant : beaucoup de personnes souhaitent se remettre en forme, – sans forcément être dans la performance – et être le meilleur de soi-même. Mais, la salle de sport de convient pas, ou plus, à tout le monde. En effet, opter pour cette solution pour se remettre en forme, ne suffit pas et surtout ça ne dure pas. Pourquoi ? Car c’est contraignant, ça nous lasse, ça prend du temps, c’est cher, c’est difficile de trouver une place pour se garer… Et surtout, il n’y a pas de réel accompagnement, si bien qu’on peut vite être « perdu » face aux différentes formules proposées.

publicité


C’est de ce constat que nous est venue l’idée de proposer un service premium et qualitatif. Fiters, c’est vraiment l’envie de donner accès à un accompagnement sportif à n’importe qui, n’importe quand et n’importe où. Notre proposition de valeur ? Des coachs de haute qualité, un paiement simplifié, un prix pas excessif, la possibilité de faire du sport avec ses amis et du matériel… Pour résumer, Fiters, « c’est le sport qui vient à vous ».

seance-sport-yoga-entreprise-fiters

JUPDLC : Aujourd’hui, votre start-up en bref et en chiffres, ça donne quoi ?

Dieudonné Moukoue : Fiters aujourd’hui c’est :

  • + de 100 coachs franchisés
  • Un accompagnement 360°
  • Un objectif : aider les utilisateurs à atteindre leur « excellence »
  • 95% de satisfaction
  • + de150 entreprises accompagnées (Carglass, Mercedes-Benz, Axa, Dentsu, Monoprix…)
  • Un partenariat avec ACCOR qui nous permet d’organiser les séances de sport directement à l’hôtel si l’entreprise-client n’a pas la place dans ses locaux.
  • Une mise en place de programme en -24h
  • Un chiffre d’affaires multiplié par 3 entre 2019 et 2020
  • Une initiative validée et soutenue par le Ministère des Sports

 

JUPDLC : Au départ vous cibliez uniquement le grand public et sa volonté d’améliorer sa condition physique. Aujourd’hui, vous répondez à un réel besoin des entreprises avec des programmes de prévention. Au-delà des corps, c’est surtout le bien-être en entreprise que vous valorisez. Le sport ne semble donc plus être « une fin en soi » mais plutôt un « moyen ». Pourquoi ce positionnement ? Quel en a été le déclic ?

Dieudonné Moukoue : Au départ, on s’est effectivement concentré sur le B2C avec notre mot d’ordre : « Your coach, your life, your moment ». On trouvait important de commencer par ça pour être identifié comme une marque avec un gage de qualité et une méthodologie. On avait donc besoin d’un ADN Fiters et on a commencé par le B2C.

Nous avons misé sur le recrutement (drastique) de coach de qualité, sur leur formation, leur qualification, le merchandising… Les premiers écueils qu’on a eus sur le B2C, nous ont permis d’apprendre de profils différents (des personnes enceintes, en surpoids, handicapées…). Et c’est sur cette base que nous avons pu construire des programmes divers, ciblés et adaptés. Donc par la suite, il nous était possible de les dupliquer à plus grande échelle.

Néanmoins, même s’il y a une appétence certaine pour notre service en 2016-2017, nous n’avions pas les moyens financiers pour pouvoir garantir la qualité de notre solution à une échelle nationale. De plus, le budget moyen dédié au sport par ménage est d’environ 275€ par an. Un service comme le nôtre avec un coach particulier sur plusieurs semaines est donc hors de prix pour certains. Comment rendre le service Fiters le plus accessible possible, sans dégrader la qualité ? Telle était notre problématique.

Nous nous sommes alors concentrés sur les personnes qui avaient un intérêt à ce que des personnes comme moi ou toi, soient en bonne santé. Et nous avons identifié 3 prescripteurs : l’entreprise, l’assureur et l’État. Après tout, quand on y pense : ce qui est bon pour moi est bon pour l’entreprise, ce qui est bon pour mon entreprise est bon pour mon assureur.

Ces derniers ont besoin de service comme le nôtre, notamment dans leur politique de prévention, mais ils n’arrivaient pas à l’adresser correctement. Pourquoi ? En raison des contraintes liées aux abonnements à la salle de sport, les motivations personnelles, le manque d’évaluation, de retour… Et puis, ils ne parlent pas des bons sujets aux bonnes personnes : ils s’adressent à ceux qui sont déjà convaincus. A savoir les 15% de la population qui font déjà du sport. Notre cible à nous ce sont les personnes comme moi ou toi, pour qui le sport n’est pas une fin en soi, mais qui ont envie d’être bien dans leur corps et qui sont prêts à acquérir les bons réflexes, astuces et routines pour se sentir mieux. Pour ce faire, le sport est un moyen parmi tant d’autres. C’est de la « prévention autrement ». Aujourd’hui, nous fournissons des services B2C et B2B.

 

JUPDLC : Comment faites-vous pour vous faire connaître des entreprises ?

Dieudonné Moukoue :  On communique très peu, ce qui fonctionne c’est surtout le bouche-à-oreille et les recommandations. C’est pourquoi on mise sur nos ambassadeurs, nos actionnaires et nos fiterslovers. En bref, on mise sur les interactions humaines et notre communauté. A titre d’exemple, nos ambassadeurs transmettent leur savoir-faire, leur expérience… C’est vraiment un moment de partage, d’acculturation et d’échange. Y compris sur des problématiques du quotidien comme la gestion du stress par la respiration avec Alice Modolo, Championne d’Europe d’apnée.

 

JUPDLC : Et comment faites-vous pour les aider, les convaincre ? Quels sont vos arguments principaux ?

Dieudonné Moukoue : Nous répondons aux principales craintes des chefs d’entreprise à travers la mise en place en moins de 24h d’une politique de prévention, clef en main, avec un véritable ROI en face.

Donc, pour résumer nos arguments principaux sont :

  • Notre capacité à élaborer des programmes sur-mesure en peu de temps, avec un accompagnement fort. Le chef d’entreprise n’a rien à penser : on s’occupe de tout.
  • Une qualité de coach qui est intrinsèquement supérieure au marché. Nous avons un processus de recrutement drastique (sélection pointilleuse, QCM pour évaluer les connaissances théoriques que tout bon praticien doit avoir, entretiens, examens pratiques avec une mise en condition avec 4 profils différents, formations continues…). On vérifie scrupuleusement les savoir-être et savoir-faire. Nos coachs sont franchisés. Chaque coach accompagne 10 participants maximum pour favoriser la proximité et la personnalisation des séances. Et ce, que ce soit en physique ou en live.
  • Notre traçabilité qui permet de suivre le déploiement de la solution à n’importe quel moment. Nous avons pour ce faire, 4 niveaux d’application : pour les utilisateurs, pour les coachs, pour le manager/équipe RH de l’entreprise et pour le prescripteur assureur.

JUPDLC : Comment intègre-t-on les valeurs du sport en entreprise ? Quels sont les bienfaits de vos séances sur le bien-être en entreprise ?

Dieudonné Moukoue : Avec notre campagne Axa prévention, on a accompagné 67 entreprises l’année dernière, soit plus de 400 collaborateurs pendant 8 à 9 mois, avec un taux de couverture des effectifs de 45%. Beaucoup ont d’ailleurs renouvelé, ce qui signifie que le service plaît.

Et pour cause ! Les valeurs du sport partagés sont les suivantes :

  • D’abord une amélioration de la condition physique des utilisateurs de plus de 15%.
  • Pendant le confinement, notre solution Live Room a permis de créer du lien entre les salariés, de se retrouver, de partager un moment entre eux mais qui ne soit pas un moment de travail, sans le stress. Ce qui est intéressant est qu’il n’y a plus de hiérarchie, ou de service, pendant ces moments privilégiés.
  • L’esprit d’équipe.

On travaille autour de 3 grandes thématiques qui sont : se relaxer, s’affiner/ se muscler et prévenir. En plus des séances pratiques avec nos coachs, on propose aussi des conférences avec des spécialistes ou des sportifs de haut niveau autour de la thématique du « mieux manger » par exemple. Pour ce sujet, on va plutôt faire intervenir des nutritionnistes, des cuisiniers… Se sentir bien ce n’est pas uniquement refaire une activité physique, c’est toute une routine à prendre. On fait de l’acculturation. Notre leitmotiv, c’est vraiment la montée en autonomie.

 

JUPDLC : Avec nos métiers actuels, à savoir des métiers de bureaux ou en télétravail avec le Covid notamment… Notre activité physique a été fortement impactée. Est-ce que votre service n’est pas finalement une réponse aux problèmes liés à notre sédentarité ?

Dieudonné Moukoue : Ce créneau on l’avait déjà avant. Le Covid a fait office de catalyseur et d’accélérateur pour notre activité. On traitait déjà le sujet de la sédentarité et de la « Génération Wall-e » (le fait d’être de plus en plus assis, de se faire livrer régulièrement, de faire moins d’effort…) avec certains acteurs. Or, c’est important de se mouvoir, de se dépenser, de se défouler…

Puis, dans le contexte actuel, ces mêmes acteurs se sont rendus compte de l’importance et des bienfaits du sport. Ce qui nous a permis de croître. On était déjà sur ce crédo donc c’était quasi naturel de faire cette extension : de diffuser notre méthodologie davantage.

basket-sport-entreprise-fiters

JUPDLC : Le mot de la fin ?

Dieudonné Moukoue : Chez Fiters, quand on dit « le sport pour tous », le prix doit suivre : donc on essaye de trouver des leviers de financements. De ce fait, nous avons énormément travaillé sur l’accompagnement et le parcours de financement des PME. On a développé des partenariats qui permettent aux plus petites entreprises de bénéficier de notre offre gratuitement pendant 2 mois, notamment avec le programme Axa Prévention. Il permet à toutes les start-up et les entreprises de taille réduite ou qui ont des difficultés, de mettre notre programme en place et de profiter du meilleur de ce qui se fait pour les sociétés grands comptes.

 

Si vous êtes intéressé par Fiters, c’est par ici

Tag :

emoji-email Ne manquez aucune actualité, abonnez-vous !

Chaque semaine, le meilleur de la communication et du digital directement dans votre inbox...