Unicef nous invite à voir les choses autrement

Unicef, qui s’est déjà démarqué avec des campagnes originales, a cette fois décidé de faire passer son message en accusant notre superficialité.

Avec l’agence Tux&Gill, Unicef nous propose une campagne marquante jouant sur nos vices quotidien. En effet, au Portugal comme dans le reste des pays « aisés » pouvant aider les gens les plus pauvres, on ne se rend plus compte de la misère des enfants dans le monde, on est enfermé dans notre bulle de confort et on remet en question le fait que nous puissions réellement aider une cause qui nous parait très éloignée de notre réalité. Nous sommes préoccupés par nos problèmes qui, avec du recul, sont totalement futiles et très superficiels.

Ainsi, pour faire passer ce message, le visuel de la campagne réunit les symboles de notre société de consommation (un smartphone, un sac à main et une montre) et intègre dans une partie de ce visuel l’aide que nous pourrions apporter avec une infime partie de l’argent déboursé pour acheter l’objet sur le visuel. Vous allez comprendre en regardant les print :

LIRE AUSSI : Unicef utilise Instagram Shopping pour lancer une campagne choc

Ces images montrent qu’en donnant un tout petit peu de ce que l’on a, on peut aider considérablement des enfants qui eux ont réellement besoin de choses non superficielles tels que les vaccins, à manger, ou encore du matériel scolaire. On comprend qu’avec notre mode de vie, il n’est pas très difficile d’aider un enfant réellement dans le besoin.

C’est donc en opposant réels besoins et superficialité que l’Unicef nous fait comprendre le besoin de se reconnecter avec la réalité des choses. La prise de conscience est d’autant plus grande que le print attire dans un premier temps puisqu’il laisse penser qu’il s’agit d’une publicité pour l’objet présent sur le visuel. Les personnes intéressées seront donc, sûrement, encore plus touchées par le message.

Vous aimerez aussi...

Cette campagne poignante rappelle que les enfants sont les premiers touchés par la faim

L'ONG Care dévoile une nouvelle campagne print pour ne pas oublier que les enfants sont les premières victimes de la faim dans le monde. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos partenaires dans la com’ :


“bandeau-partenaires”