Quand la publicité vous harcèle pour dénoncer le harcèlement des femmes

Lutter contre le harcèlement de rue n’est pas simple. Mais Ogilvy Paris a imaginé une solution créative pour sensibiliser les hommes

Les 7 et 8 mars prochains, à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, un collectif composé de Stop harcèlement de rue, des effronté·es et de Paye Ta Shnek fait vivre aux hommes l’expérience du harcèlement de rue vécu par les femmes.

Une campagne de l’agence Ogilvy Paris en partenariat avec Libération, BFM, L’Express, GQ, Konbini et SoFoot, pour faire prendre conscience que le harcèlement commence dès qu’on ignore un simple mot : « non »

Pour le démontrer, le collectif a décidé d’utiliser la publicité intrusive. Quand un homme consulte un des médias partenaires, une bannière publicitaire envahit l’écran et lui demande son « 06 ». S’il cherche à fermer la bannière, celle-ci revient une 2ème fois : « FAIS PAS TON RELOU », puis une 3ème fois : « TU DIS NON MAIS T’EN AS ENVIE ». Toujours plus insistante, la bannière révèle à la toute fin sa raison d’être : leur faire « vivre ce que 100% des femmes ont déjà vécu dans les transports en commun ».

Ce dispositif publicitaire imaginé par Ogilvy Paris a tout de suite séduit Claire Ludwig, chargée de la communication de Stop harcèlement de rue : « Grâce à ce dispositif, le harcèlement publicitaire permet d’entrevoir et de prendre conscience de la réalité du harcèlement sexiste ».

Anaïs Bourdet, fondatrice de Paye Ta Shnek, ajoute : « Et surtout, nous pouvons confronter les hommes aux situations réelles que vivent les femmes au quotidien, pour faire entendre et respecter ce mot si important : NON. »

Fatima Benomar, trésorière et co-porte-parole des effronté·es, affirme son ambition « Nous souhaitons créer un véritable mouvement, car cette cause transcende les âges, les lieux et les individus. Nous appelons les médias, les associations et le grand public à faire de ce combat le leur. »

Rappelons malheureusement que 25% des femmes âgées de 18 à 29 ans ont peur dans la rue et que 40% des femmes ont renoncé à fréquenter certains lieux publics suite à des comportements sexistes. Le 8 mars, comme le restant de l’année, souvenez-vous d’une chose : Quand on dit non, c’est non. #NONCESTNON

 

Vous aimerez aussi...

Teads forme 17 femmes de la Tech lors du 1er Engineering Camp

Conviées dans les locaux de Teads, 17 femmes de la Tech ont pu participer au premier Engineering Camp, et bénéficier de deux journées de formation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos partenaires dans la com’ :


“bandeau-partenaires”