Les tendances 2016 de la consommation

Le 8 Décembre dernier, l’Ericsson ConsumerLab a publié son rapport sur la consommation à venir et dresse un TOP 10 des tendances 2016. Notre analyse.

Comme nous nous en doutions, ces tendances sont extrêmement marquées par le digital et les opportunités qu’il apporte. Il n’est pas utile de préciser qu’une majeur partie de ces pratiques sont liées à notre fameux smartphone. Comme nous l’avions déjà noté l’an passé, les objets connectés sont au coeur du phénomène de consommation et amènent avec eux un nouveau paradigme d’utilisation et de partage, notamment via le social media. De plus, L’internet de 2016 n’a plus rien à voir avec celui d’il y a 5 ans. En quelques années, les habitudes ont changé, les moeurs évolué et les attentes se sont diversifiées. Le mobile joue un rôle important dans cette mouvance numérique et laisse entrevoir un avenir rythmé par l’économie du partage.

L’usage du smartphone comme outil de consommation se fait dans une optique de gain de temps et de praticité toujours plus accrue. Cette infographie nous montre un consommateur averti, mieux informé et conscient de ce qu’il veut. Pour Michael Björn, directeur de la recherche du ConsumerLab, « certaines de ces tendances peuvent sembler futuristes. Mais le consommateur est intéressé par les nouveaux paradigmes d’interactions comme l’intelligence artificielle ou la réalité virtuelle, tout comme l’intégration d’internet sur le mur des maisons ou dans nos corps qui est forte ».

Notre analyse :

Le meilleur marché est le plus share

L’économie du partage est belle est bien en passe de devenir une préoccupation essentielle pour une grande partie des consommateurs. Blablacar et Airbnb en sont des exemples types. Plus un service ou un bien est utilisé, partagé, et plus il gagne en qualité ainsi qu’en valeur. Cela se vérifie de plus en plus.

Streaming Natives

Les adolescents consomment un grand nombre de contenus videos sur internet. Et pour cause, ils sont champions en terme de visionnages de videos youtube par jour et dépassent largement les autres tranches d’âge.

Les écrans, c’est terminé

L’intelligence artificielle tend à remplacer nos écrans et l’interaction actuelle que nous avons avec eux. Commande vocale et échange avec un android, sommes-nous proches de retour vers le futur?

Quand le virtuel devient réel

Le consommateur ultra-digitalisé de 2016 souhaite apporter un aspect virtuel à son quotidien. Il désire une certaine réalité virtuelle dans sa vie et ses activités quotidiennes telles que le sport ou la cuisine. Ainsi, il est favorable à l’impression 3D de son repas par exemple.

La maison connectée

Pour ces personnes, il semble intéressant d’inclure des capteurs dans les parpaings de leur maison afin de la surveiller et de recolter des informations chiffrées sur son état de santé comme par exemple, son taux d’humidité ou sa chaleur. Notez que 55% des utilisateurs de smartphone admettent l’idée de parpaings intelligents.

Fast and obvious

Le consommateur actuel est intelligent et a conscience que son temps est précieux. À tord ou a raison, il sait qu’il ne veut pas le perdre, surtout dans les transports en commun. Il transforme alors sont temps d’attente par un temps de consommation.

#urgence

On découvre ici que pour beaucoup, le meilleur moyen de contacter un service d’urgence s’avère être les réseaux sociaux. Le dispositif de Facebook, mis en place lors des attentats de Paris, a été bien perçu et la population est demandeuse de ce type d’action digitale. Les chats d’urgence sont donc une solution.

Mesurer l’émotion ?

Si d’un point de vue purement scientifique et technique, il est complexe voir impossible de quantifier une émotion, le consommateur de demain se veut optimiste quant à la présence de capteurs dans nos corps. Ces capteurs internes devraient s’attarder à mesurer notre bien-être. Par ailleurs, ils pourraient être les nouveaux « wearables » au même titre que les montres, bagues ou lunettes connectées.

Pirates droit devant !

Les utilisateurs possédant un smartphone déclarent le virus comme un problème majeur pour l’année à venir. Le piratage est toujours perçu comme une menace bien réelle. Une personne interrogée sur cinq confie avoir d’avantage confiance dans une entreprise ayant eu un problème de piratage et qui a su le résoudre.

Un consommateur omnipotent

L’internaute passe son temps de connexion à partager un nombre impressionnant d’informations. Commentaires, note, étoiles ou encore témoignage concret, la parole du consommateur connectée est solide. On parle maintenant d’influence et c’est justifié. Comme c’est le cas en Chine depuis un certain nombre d’année, l’utilisateur est placé au centre des préoccupations des marques car le poids de son avis est considérable. Selon l’Ericsson ConsumerLab, critiquer une société sur internet est plus efficace que d’aller au commissariat.

Notez que cette étude a été menée en 2015 sur le socle d’1,1 milliard de personnes sur plus de 24 pays différents dont 46 millions d’utilisateurs de smartphones.

Sources : Ericsson ConsumerLab.com

Valentin Richardot

Valentin Richardot

Rédacteur en chef, je réalise une veille quotidienne de l'actualité publicitaire, afin de capter les tendances et comprendre les nouvelles pratiques digitales.
Valentin Richardot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nos partenaires dans la com’ :


“bandeau-partenaires”

Merci pour le partage !

N'hésites pas à nous suivre sur nos réseaux, sait-on jamais, c'est toujours bon d'avoir un pote dans la com' ;)