La dernière campagne Yves Saint Laurent ultra-sexiste !

En cette journée du 8 Mars, dédiée aux femmes, une campagne publicitaire fait tristement parler d’elle. Deux des photographies utilisées dans la dernière campagne de Saint Laurent dépeignent des femmes en bas résille, dans des positions lascives et plus que suggestives.  

L’image d’une « femme objet » dénoncée
Le jury de déontologie publicitaire de l’autorité de régulation professionnelle de la publicité a été saisi. L’autorité a, par la suite, rapidement demandé à l’afficheur JCDecaud et à la maison Yves Saint Laurent de retirer ces visuels de la campagne. La marque se voit reprocher une hyper-sexualisation de la femme.
En effet sur le premier visuel une femme apparaît jambes écartées, en talons et collants résille. Sur l’autre, une jeune femme très amaigrie, sur talons aiguilles et patins à roulettes, est penchée sur un tabouret dans une position plus que suggestive.

Une symbolique violente
La polémique a très rapidement pris beaucoup d’ampleur, pour Raphaëlle Rémy-Leleu, porte-parole d’Osez le féminisme, « cette publicité coche toutes les cases d’une pub sexiste : hyper-sexualisation, femme réduite à un objet, position de soumission… C’est symboliquement très violent ».
La comédienne Éva Darlan, féministe engagée et à l’origine du comité de soutien à Jacqueline Sauvage, a dénoncé mardi 7 mars, sur franceinfo, des panneaux publicitaires « très choquants » qui sont « une incitation à l’anorexie, voire une invitation au viol ». 

Des actions coup de poing menées contre Saint Laurent
La nouvelle campagne est alors un bad buzz pour la marque, un groupe de féministes issu du collectif « Les effronté-e-s » a ainsi réalisé mardi une action coup de poing dans une boutique parisienne d’Yves Saint Laurent. Des militants des droits des femmes sont ainsi venus manifester, ils se sont introduits dans la boutique, place Saint-Sulpice à Paris.  Ils y dénonçait un « sexisme décomplexé » et accusent la marque de véhiculer des « images dégradantes » de la femme.

Ce n’est pas une première pour la marque. En 2015 une publicité Saint Laurent avait été interdite de l’autre côté de la Manche : l’autorité de régulation de la publicité avait jugé que le mannequin qui apparaissant sur le visuel semblait « maladivement maigre ».
Margaux Salvador

Margaux Salvador

Ancienne étudiante en L2 Droit, ayant trouvé le chemin en voie 9¾ et une passion en L3 Information et Communication.
Margaux Salvador

Vous aimerez aussi...

Partez à San Francisco avec le Summer Code Camp de Sup de Pub

Du 3 au 28 juillet 2017, l'école Sup de Pub vous propose de participer au San Francisco Summer Code Camp ! L'occasion d'apprendre le codage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nos partenaires dans la com’ :


“bandeau-partenaires”

Merci pour le partage !

N'hésites pas à nous suivre sur nos réseaux, sait-on jamais, c'est toujours bon d'avoir un pote dans la com' ;)