Il surfe sur une planche entièrement faite de mégots de cigarettes

Le chanteur-surfeur Jack Johnson a fait parler de lui récemment, non pas grâce à sa musique mais suite à une initiative personnelle mêlant action pour l’environnement et sa passion pour le surf. L’artiste s’est en effet allié à « The Cigarette Surfboard Project » pour dévoiler une planche de surf réalisée à partir de mégots récupérés sur les plages.

Pour notre plus grand plaisir, le respect des océans est de plus en plus mis à l’honneur par les associations, médias et personnalités. Après des engagements tels que ceux de Greta Thunberg ou encore Shailene Woodley, c’est l’artiste Jack Johnson qui a récemment mis en valeur une initiative pour la protection des océans, et notamment pour lutter contre leur pollution.

Jack Johnson a en effet été pris en photo récemment en train de surfer avec une planche, et non des moindres : celle du « Cigarette Surfboard Project », dont les surfeurs ont sûrement déjà entendu parler.

Cette planche a été conçue et réalisée dans le cadre du « Creators & Innovators Upcycle Contest » lancé par Vissla et Surfrider Foundation, et a la particularité d’avoir été créée à partir de 10 000 mégots retrouvés sur les plages de Californie. Sa conception, par Taylor Lane et Ben Judkins, a non seulement permis de recycler ces déchets et nettoyer les plages de façon emblématique, mais aussi de fabriquer une planche avec une méthode moins polluante que d’habitude.

 

Carton plein donc, pour un résultat qui se veut esthétique, en plus de relayer un message environnemental fort. Et qui sait, ces prototypes de Cigarette Surfboards seront peut-être à l’origine d’une production à plus grande échelle !

 

Paola Vavasseur

Paola Vavasseur

Amoureuse (de communication, culture & digital) et passionnée (par les choses innovantes, intelligentes & rigolotes) !
Paola Vavasseur

Vous aimerez aussi...

Sea Shepherd dénonce la pollution marine causée par la cigarette

Les marées noires comptes parmi les catastrophes les plus visibles et les plus médiatiques, il en existe une autre toute aussi nocive mais dont on parle moins. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos partenaires dans la com’ :


“bandeau-partenaires”