Facebook devrait ajouter des publicités sur Messenger

Facebook révèle aux annonceurs qu’ils seraient bientôt en mesure de faire passer leurs publicités sur Messenger

Une information qui nous vient du site TechCrunch, qui se serait procuré un document officiel de FacebookCela fait déjà plusieurs mois que Facebook Messenger change de visage et prend une place centrale dans la stratégie de Facebook. Notez une utilisation du service de messagerie instantanée qui monte à plus de 800 millions d’utilisateurs par mois. 

Le concept doit théoriquement voir le jour à partir du second semestre 2016. A partir de cette date, les entreprises pourraient envoyer des messages promotionnels aux utilisateurs en vue de communiquer sur leurs produits. Pour qu’une telle action soit possible, que l’internaute soit ciblé et par la suite soumis à des messages publicitaires, Facebook indique que celui-ci doit montrer un intérêt pour la marque. Un fonctionnement très simple mais aussi très déstabilisant quand on regarde les choses à travers le prisme de la « vie privée », même si ce terme est une aliénation quand on parle d’internet. Si Facebook se veut rassurant quand à l’utilisation, le déploiement et les limites de ce dispositif, qui, disons le, ne vise plus du tout à servir l’utilisateur mais bien les marques, tous les termes annoncés par le géant américains sont néanmoins flous.

Dans cette mouvance digitale encourageant le business, nous n’y voyons strictement rien. En effet, que signifie porter de l’intérêt à une marque sur internet et plus précisément sur Facebook ? Est-ce que cela veut dire liker la page officielle de l’annonceur, partager ses articles, le taguer sur ses propres posts ? Ou bien est-ce que cela va encore plus loin ? Est-ce que s’intéresser à une marque signifie la citer dans ses conversations privées, ou faire une recherche sur google avec l’onglet Facebook ouvert, aspirant nos données ? Il est clair que Facebook est totalement libre dans sa marche de manœuvre sur sa plateforme. Il est également évident que nous y passons un temps de plus en plus incalculable en y laissant bon nombre d’informations personnelles.

Le problème qui se pose ici n’est pas tant celui lié à la publicité en elle même, que celui du discours tout à fait hypocrite de Facebook. Oui, comme nous le savons, les annonces auxquelles nous sommes tous les jours exposés sur internet sont le fruit d’une exploitation minutieuse de nos datas. C’est un concept que les utilisateurs ont appris à accepter. Le réel problème notable est qu’avec l’arrivée de la publicité sur Messenger, Mark zuckerberg officialise l’utilisation des données inhérentes à nos conversations privées à des fins commerciales. Evidement, nous n’étions pas dupes et vous non plus les potes, nous savions que nos conversations dites « privées » n’avaient de privé que leur nom… Mais avec cette nouvelle qui vient secouer l’univers du social media, nous sommes face à de nouvelles possibilités, de nouvelles pratiques et une nouvelle forme d’offre, une offre qui calcule une demande théorique par le biais d’un algorithme…

Valentin Richardot

Valentin Richardot

Rédacteur en chef, je réalise une veille quotidienne de l'actualité publicitaire, afin de capter les tendances et comprendre les nouvelles pratiques digitales.
Valentin Richardot

Vous aimerez aussi...

bunny rush

SFR laisse ses clients choisir leur bonus avec Bunny Rush

Red by SFR a dévoilé Bunny Rush, une campagne astucieuse pour fidéliser et impliquer ses clients dans sa stratégie commerciale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nos partenaires dans la com’ :


“bandeau-partenaires”

Merci pour le partage !

N'hésites pas à nous suivre sur nos réseaux, sait-on jamais, c'est toujours bon d'avoir un pote dans la com' ;)