Comment choisir un slogan pour les élections présidentielles ?

Véritable symbole de l’idéologie d’un candidat, le slogan politique permet de représenter, d’imager le programme et les idées prônées à travers une phrase, un groupe de mots impactant. C’est l’un des piliers du marketing politique car il représente la communication première du candidat. Ils permettent aux différents acteurs politiques de rassembler et de mobiliser en mettant en valeur une idée et une ligne directrice à l’engagement. Il est la représentation synthétique et communicationnelle de la proposition politique du candidat.

Comment choisir son slogan ?

Un slogan politique est construit, imaginé avant même la déclaration officielle de la campagne. En effet, le slogan est l’un des piliers de l’image de la campagne. Il doit donc être affiché très tôt de manière à donner une couleur et une ligne directrice au programme. La plupart des slogans politiques sont créés par l’équipe en charge de la communication du candidat. A l’issue de divers brainstorming, le mixe entre la personnalité / les traits de caractère du candidat ainsi que les idées fortes du programme permettent de mettre en avant un slogan représentatif de la proposition politique affichée.

Parfois, l’équipe communicationnelle est assistée par des publicitaires, appelés pour l’occasion afin de conseiller le candidat durant la campagne. Ce fut d’ailleurs plusieurs fois le cas avec Jacques Séguéla, qui a conseillé les slogans de François Mitterand ou encore Nicolas Sarkozy. Enfin, à l’issue des diverses propositions émises par les publicitaires et les communicants, c’est le candidat qui a le dernier mot et décide ou non de valider le slogan. Même si le refus des propositions n’est pas très courant, surtout lorsque ces derniers ont été créés par des grands noms de la publicité comme Jacques Séguéla. Avant même la diffusion du slogan officiel de la campagne, la plupart des candidats usent des sondages afin de conforter leurs idées ou d’avoir un avis extérieur. Pour cela, ils font appels à des instituts de sondage qui vont être en charge de tester les différents slogans retenus auprès d’un groupe de personnes choisies au hasard. Cela va permettre de faire un choix définitif qui va être suivi par tout le process de réservation du nom de domaine par exemple sur internet.

Quel impact sur la campagne ?

Enfin, le candidat va à travers les réseaux sociaux, ses interventions médiatiques ou ses meetings exposer son slogan de campagne au public. Mais à quoi sert finalement un slogan de campagne ? En politique et plus précisément lorsque l’on est en campagne, l’objectif premier est de mobiliser autour d’un programme, d’un candidat. Et bien le slogan contribue beaucoup à cela en représentant une idéologie qui s’associe facilement à la représentation du candidat. Évidemment, le slogan possède les mêmes vertus qu’en publicité. Cela permet donc d’apporter de l’attention au candidat à travers une phrase, un groupe de mots facilement mémorable. Cela permet d’attiser l’intérêt. Les slogans sont aussi de formidables outils de revendication visuelle. On le retrouve par exemple sur tout ce qui est support de communication ou encore affiches qui peuvent être partager par ses propres militants ect… L’exemple extrême est celui de Trump « Make America Great Again », un slogan portait par Donald Trump lui-même avec des casquettes mais aussi à travers des pins.

Le slogan a désormais une place importante dans une campagne politique. Il a connu aussi des changements. On s’attache beaucoup plus à des paroles « réalisables » à l’inverse du passé ou les slogans étaient de véritables « paroles sacrées ». Au niveau de la forme, le slogan se doit d’être efficace, sans fioriture, facile à mémoriser mais aussi, et surtout désormais, crédible au vu des situations sociétales et du contexte politique actuelle.

Quelques slogans historiques

 

 

 

 

 

 

Séguela et les slogans 2017

Jaïme Dias

Jaïme Dias

Étudiant en Master 2 Communication des Organisations à Bordeaux 3, j'effectue une veille quotidienne sur l'actualité publicitaire et l'univers des médias.
Jaïme Dias

Vous aimerez aussi...

Ordre de Malte France

L’Ordre de Malte France fête ses 90 ans, sans fanfare

L'Ordre de Malte France fête ses 90 ans, sans fanfare

Un commentaire

  1. Ton article est une belle idée. Mais pourquoi ne pas mentionner Benoit Amont ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nos partenaires dans la com’ :


“bandeau-partenaires”

Merci pour le partage !

N'hésites pas à nous suivre sur nos réseaux, sait-on jamais, c'est toujours bon d'avoir un pote dans la com' ;)